Fictions libres

Un petit forum pour tous ceux qui désirent parler d'écriture, littérature, poésie également. Là où vos écrits peuvent être améliorés... Et où on va bien rigoler!!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les livres qui vous ont le plus marqué, et en quoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
katsugan

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 23/07/2012

MessageSujet: Les livres qui vous ont le plus marqué, et en quoi ?    Jeu 2 Aoû - 23:05

Hamlet , William Shakespeare. (résumé assez cour)


« J'aimerais mieux une folie qui me rendrait gaie qu'une expérience qui me rendrait triste » .Voici une citation de Shakespeare qui résume très bien l'esprit de Hamlet.

Hamlet de William Shakespeare est, avec Germinal d'Émile Zola , le livre qui m'a le plus marqué.
Ce livre rassemble de nombreux thème que même les films « hollywoodien » ne peuvent qu'effleurer du bout du doigt, c'est à dire la trahison, l'amour, la folie, le suicide, le meurtre, le fratricide, l'inceste, la vengeance, la politique …J'ai connu cette pièce de théâtre lors de mon année de 5e, ce fut le déclic, le personnage que je jouait « Hamlet » fut une révélation, les questions qui se pose me semble tellement profonde que j'en ai même appris son monologue par cœur, pour vous dire...
Je ne vais pas vous parler de tout le livre, sinon il faudrait une bonne dizaine de page, donc je parlerais du célèbre monologue du jeune prince danois « Hamlet » alors qu'il se fait passer pour fou afin de mieux surveiller son entourage sans être surveiller lui-même.
Le célèbre monologue (ou soliloque car l'auteur n'as pas laisser de grand indice sur la nature de ces paroles) du jeune prince danois « être ou ne pas être » est de loin ce qui m'a aidé à forger ma propre pensée, voici pourquoi :


« Être, ou ne pas être, tel est la question . »


Pour moi, cela veut dire pour moi que l'auteur, le protagoniste , moi même et tous le reste du monde devrait se poser cette question, devons nous être nous même être ce que l'on attend de nous et qui ne nous ressemble pas ? De plus cette phrase à d'autre signification, on peut percevoir dans cette réplique un vrai dilemme interne puisque le terme « être » peut faire référence au fait de mourir ou pas , une question que Hamlet se posera souvent, doit-on continuer à vivre si nous vivons dans un monde remplie de tout ces mots qui nous dégoute, pouvons nous encore nous permettre de dire que nous existons si nous n'avons aucun impact sur ces choses là ? Voici le commencement de la réflexion de Hamlet alors qu'il se rend compte réellement que son oncle à assassiné son frère le roi pour épouser la reine et monter sur le trône, que son entourage essaye de le manipuler , que son amour envers la belle Ophélie n'est pas sur. Ces questionnement on les a tous vécu au moins une fois dans notre vie, qui n'a jamais pensé que des personnes était ses amis juste par intérêt, qu'éternellement on le considèrerais comme un enfant, que nos valeurs appartiennent au passé, qu'on nous ment, qu'on aime sans que cela soit approuvé, qu'on veuille se venger d'un affront...

« Est-il plus noble pour une âme de souffrir les flèches et les pierres d'une fortune affreuse ou de s'armer contre un mer bouleversée, et d'y faire face, et d'y mettre fin? »

Pour moi, cette phrase signifie qu'on doit se demander s'il es préférable de suivre le mouvement et de s'adapter à une vie qui peut nous emmener la richesse, la gloire et la fortune afin d'assurer un bonheur égoïste de bien être personnel et d'avantages mais qui est fondée sur le malheur des autres ou sur de tels actes qu'il aurait mieux fallu que nos mères ne nous aient enfantées, ou alors, devrions nous pas nous hisser contre l'injustice et tout les autres maux qui affuble notre monde et garder ainsi toute l'intégrité de notre âme sans jamais avoir honte. La fin de cette citation « et d'y mettre fin » précise que s'il est possible de pouvoir stopper la source du mal qui se dresse devant nous, il est nécessaire de le stopper, d'y mettre fin afin qu'il ne puisse pas recommencer et surtout que de tels infamité mérite aucun pardon.

« Mourir, ...dormir, rien de plus;... »

Cette phrase me rappelle qu'il arrive des moments ou l'envie d'abandonner nous paraît si simple, si insignifiant de conséquence que nous sommes bien tenté de nous rejoindre à cette idée. C'est une chose qu'il faut garder à l'esprit, dans chaque entreprise de notre vie, cette tentation sera toujours aux aguets afin de nous amener à elle quand nous baissons nos protections.

« Oh! penser que ce sommeil termine les maux du cœur et les milles blessures qui sont le lot de la chair : C'est là un dénouement qu'on doit souhaiter avec ferveur. »

Face à cette tentation il est beaucoup plus facile de se dire que si nous abandonnons cette lutte en nous adaptant à nos problèmes, ces « maux » passeront inaperçut et couleront sur nous comme l'eau éternel qui coule le long des rives.

« Mourir, … dormir, dormir! rêver peut-être! Oui, voilà l'obstacle. »

Ceci rejoint la pensée précédentes ou il est préférable de dormir et créer un « rêve », c'est a dire un monde où tout n'est que chimères, où tout ce qui est nous semble être normal n'est autre qu'une sorte de placebo.

« Car quels rêves peut-il nous venir de ce sommeil de la mort, une fois délivrés de ces liens mortel? Voilà qui doit nous arrêter. C'est cette réflexion-là qui assure à nos misères une si longue existence. »

une fois mort (privé de ces liens mortel) l'on ne peut plus avoir accès à ce monde illusoire qu'est le rêve cité dans l'extrait.

« Qui, en effet, voudrait supporter les flagellations et les dédains du monde, l'injure de l'oppresseur, l'humiliation de la pauvreté, les angoisse de l'amour méprisé, les lenteurs de la loi, l'insolence du pouvoir et les rebuffades que le mérite résigné reçoit d'hommes indignes, s'il pouvait en être quitte d'un seul coup de poignard? »


Toute cette tirade montre, pour moi, à quelle point la facilité l'emporte sur notre société, à quelle point nous préférons mille fois passer par les armes ou par les faits abjectes au lieu de souffrir notre vie durant des maux que l'homme à créé dans la société.

« Qui voudrait porter ces fardeaux, gémir et suer sous une vie accablante, si la crainte de quelque chose après la mort, de cette région inexplorée, d'où nul voyageur ne revient, ne troublé la volonté, et ne nous faisait supporter les maux que nous avons par crainte de nous lancer dans ce que nous ne connaissons pas? »

Pour ceux qui accepte de « porter » ces fardeaux, il faut distinguer ceux qui les subissent pour une cause louable ou bien par lâcheté auprès d'une quelconque promesse de paradis.

« Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches; »

Ainsi on peut estimer qu'avoir conscience des défaut humain et des ombres de notre sociétés nous fait prendre conscience que nous sommes tous condamnable sur ces propos, ainsi nous essayerons toujours de vivre d'une manière qui puissent nous avantager et ceux même si l'image qu'on laisse percevoir de nous à l'air agréable et honnête.

« ainsi les couleurs natives de la résolution pâlissent dans l'ombre de la pensée; »

Donc à peine nous commençons à vouloir nous soulever contre les géants qui nous oppressent, cet instinct de protection (aussi bien physique qu'immatériel) prend le pas et les réduisent en idées volatiles.

« ainsi les grandes entreprises se détournent de leur cours, à cette idée, et perdent le nom d'action... »

Ainsi ces grand projets contre lesquels nous voulons lutter se retrouver modifier de plus en plus pour plaire à ceux que nous méprisons, mais à cette condition, se retrouve dénaturé et perde leurs valeur primaire et devienne le joué d'un bien être égoïste.

« Doucement, maintenant! Voici la belle Ophélie... Nymphe, dans tes prières souviens-toi de tous mes pêchés. »

Mais l'amour est toujours là, la beauté aussi, mais serions nous honnêtes si nous ne demandions pas a la beauté et à l'amour de se tenir écarté de notre nature vile ? N'est-il pas un devoir pour Hamlet comme pour nous de rappeler que l'amour repose sur l'honnête réciproque et donc que nous ne devons pas lui cacher nos pêchers.



C'est pour tout ce que sous entend ce passage qu'il m'arrive de le réciter quelque fois par semaine, afin de ne pas oublier que ce souffle de vie nous à était offert et qu'il est de notre devoirs de faire en sorte de l'utiliser à bonne escient et de lutter pour tout ces valeurs qui se perdent dans les abimes du temps.

Hamlet est l'un des plus grand chef d'œuvre de la littérature anglophone, par son aspect sociologique, psychologie, romantique, burlesque sur certain passage, dramaturgique … Comprendre Hamlet de part la psychologie de son auteur ou par la notre permet de porter une vision sur le monde qui a pour utopie notre vision de la pureté des valeurs, ainsi nous pouvons avoir un objectifs pour lutter contre les maux qui nous côtoie au quotidien. Ainsi nous pouvons faire le choix de vivre avec ou essayer de changer les choses car comme nous le montre cette pièce, un seul homme peut changer le cour de l'histoire car chaque homme à le pouvoir en soi de faire de son avenir son idéal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugai
Admin
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 22/07/2012
Age : 28
Localisation : derrière mon écran

MessageSujet: Re: Les livres qui vous ont le plus marqué, et en quoi ?    Mar 21 Aoû - 15:46

Pour le coup ce n'est pas un livre mais un poème, il m'a aidé à tenir le ccoup quand j'étais au fond sans optique d'amélioration. C'est le poème à l'origine de ma toute première fiction et il garde une place très spéciale pour moi.



Je porte ton cœur avec moi – E.E. Cummings
Je porte ton cœur avec moi, je le porte dans mon cœur
Sans lui, jamais je ne suis, la où je vais, tu vas, ma chère
Et tout ce que je suis le seul à faire, est ton fait, ma chérie
Je ne crains pas le destin car tu es a jamais le mien, ma douce
Je ne veux aucun monde car belle, tu es mon monde, mon vrai
Et tu es tout ce que la lune a toujours signifié
Et tout ce qu’un soleil chantera jamais.
C’est le secret profond que nul ne connaît
C’est la racine de la racine, le bourgeon du bourgeon
Et le ciel du ciel d’un arbre appelé vie
Qui croit plus haut que l’âme ne saurait espérer ou l’esprit le cacher
C’est la merveille qui maintient les étoiles éparses.
Je porte ton cœur, je le porte dans mon cœur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 26
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: Les livres qui vous ont le plus marqué, et en quoi ?    Lun 1 Avr - 11:09

Dur de choisir :/ Journal d'hirondelle par Amélie Nothomb est vraiment pas mal et n'est pas très loin de ce que j'ai pu ou ce que je pourrais traverser... :/
je vous explique brièvement: Un homme subit difficilement une rupture et tourne le commutateur de ses sentiments sur off pour ne plus souffrir. Puis il se rends compte que certaines choses évoque en lui des choses étranges, tel une musique de radiohead ou un parfum. En cherchant à trouver de nouvelles sensation et de nouveau sentiments il deviens tueur a gage et tombe amoureux de l'une de ses cibles après l'avoir tué et lu son journal intime pris par inadvertance. Un mystère complet entour ce livre et le conduira à la mort pour protéger ce secret.

Parfois je me sens comme lui...

Sinon Je pense que mon livre préféré est en fait une trilogie nommée: L'ange de la nuit. Par Brent Weeks.

Ces livres m'ont accroché par leur couverture et par les phrases d'accroches.
Tome 1: La voix des ombres. "Le tueur parfait n'as pas d'amis, il n'a que des cibles."
Tome 2: Le choix des ombres."Le tueur parfait n'as pas de nom, il a plusieurs visages."
Tome 3: Au-delà des ombres. "le tueur parfait n'as pas de conscience, il a une mission."

Drame, combat, choix difficiles, amour, magie, un monde vaste et doté d'une vraie personnalité. On peux voir les personnages grandir et le monde changer sans que cela ne nous pose de gêne particulière. L'auteur maîtrise les moindres ficelles de son monde pour lui donner une vraie dimension et une profondeur que j'ai jamais su retrouver. C'est du grand art... Sans conteste mes livres préférés !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les livres qui vous ont le plus marqué, et en quoi ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les livres qui vous ont le plus marqué, et en quoi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fictions libres :: Hors forum :: discussions en passant-
Sauter vers: