Fictions libres

Un petit forum pour tous ceux qui désirent parler d'écriture, littérature, poésie également. Là où vos écrits peuvent être améliorés... Et où on va bien rigoler!!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Head Shot

Aller en bas 
AuteurMessage
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Head Shot   Sam 28 Juil - 19:34

HEAD SHOT


Le 12 Octobre 2012, à Dracy dans l’est de la France les frères Aaron et Thiméo FAURE se retrouve un midi dans les couloirs du lycée scientifique Léon Head pour manger. Fils de cuisinière réputée, ils ne pouvaient s’accommoder du self service de la cantine. C’est ainsi qu’ils purent échapper à l’invasion.


PROLOGUE :
Léon Head



Le lycée Léon Head était un lycée réputé dans tout le pays pour les ingénieurs et scientifiques de qualités qui en ressortaient après avoir eu leurs diplômes. Les bâtiments formaient l’enceinte de l’établissement. La fonderie et l’atelier formaient la façade ouest, les salles de cours sur trois étages long d’un bon demi-kilomètre étaient le mur nord, la section design et les laboratoires étaient le mur est, tandis que les bâtiments administratifs formaient la façade sud où était creusé un porche d’au moins un étage qui avait pour fonction l’entrée principale donnant sur une cour de la taille d’un terrain de foot, cerclée par les bâtiments. La cantine se trouvait de l’autre côté de la route face au porche, ce qui donnait lieu à de grands mouvements de masse tout les midis.

La famille Faure était une famille aux revenus légèrement supérieurs à la normale. Katia, la mère était de taille moyenne et avait des cheveux blonds et des yeux bleus à tomber par terre. Elle était une cuisinière de renom et partait régulièrement cuisiner pour des gens immensément riche. James, le père avait une carrure imposante avec son bon mètre quatre-vingt il avait des cheveux très sombre comparé à ses yeux gris. Ce qui lui permettait de vivre sa passion pour la mécanique à fond dans un garage ambitieux spécialisé dans la customisation. Thiméo, à seize ans mesurait déjà un mètre soixante-dix mais était plus fin que son père. C’était le plus vif d’esprit de la famille et surtout le plus adroit. Il avait les cheveux et les yeux de sa mère, les cheveux à peine coiffé et plutôt court lui donnait un style qui faisait craquer toutes les filles. Seulement il était tellement timide qu’il ne savait jamais comment s’y prendre et demandait souvent conseil à Aaron son frère plus âgé. Aaron était un grand ténébreux, cheveux noirs mi-long et des yeux bleu-gris. Il mesurait un mètre soixante-quinze à dix-huit ans et était fan d’art martiaux et d’armes blanches.

Avec son frère, ils aimaient s’entrainer le weekend. Ils allaient courir, faire des abdos, des pompes mais ce qu’ils appréciaient le plus, c’était de s’entrainer au combat. Ils n’avaient jamais participé à aucun tournoi et se refusaient de s’inscrire dans un dojo. Ils voulaient comprendre l’essence des arts martiaux par eux même. Thiméo avait toujours été le meilleur aux armes de jets et pouvait toucher le centre d’une cible à plus de 20mètres avec un couteau de cuisine. Il était particulièrement habile mais il lui manquait juste une chose, la force. Aaron lui n’avait jamais réussit à planter un couteau à plus d’un mètre. Et était l’exact opposé de son frère, à la fois fort et rapide, ses réflexes étaient sans faille. Que se soit à mains nues ou avec n’importe quelle arme, il avait toujours eu nettement le dessus sur son cadet au combat rapproché. James se plaisait à dire qu’ensemble les deux frères ne pouvaient être battus.

C’est ce qu’ils allaient vérifier sous peu lors de l’année de terminale d’Aaron et de première de Thiméo au lycée scientifique Léon Head, aux prémices de la troisième guerre mondiale…


CHAPITRE 1 :
L’invasion


_ Hé Thim ! Fais tourner les chips espèce de crevard !
_T’avais qu’à être plus rapide !! répondît ce dernier en riant.

Pendant ce temps à la cantine, le menu était pour le moins inhabituel. Les élèves se dévoraient entre eux, sous le regard horrifié des cuisiniers qui ne prenaient pas conscience de l’ampleur du phénomène qu’ils vivaient. Les « victimes » devenaient pâles et voyaient leurs dents pousser tandis qu’elles se mettaient également à attaquer les autres élèves terrifiés par ce qui allait bientôt leur arriver. Au bout de quelques minutes la cantine redevint calme, malheureusement très peu d’étudiants avaient réussit à s’échapper de ce bain de sang.

Aaron et Thiméo finissaient de manger dans un recoin du bâtiment principal, loin de toute agitation et de tous les éventuels gêneurs… Ainsi que de la sonnerie.

_ Vite, vite !! Aaron on à raté l’heure !!
_ De toute façon on finira chez les CPE, alors on est plus à 5 minutes près…
_ Quand même comment on à pu rater l’heure ??

En réalité ils n’avaient pas ratés l’heure, l’horloge n’avait tout simplement pas sonnée et le lycée était désert. Lorsqu’ils virent leurs salles respectives vides ils décidèrent de ce rendre chez les CPE au rez-de-chaussée comme convenus. Une fois au bureau, ils ne trouvèrent personne là non plus et ils comprirent que le lycée était vide. Aaron émit avec humour l’hypothèse d’une intoxication alimentaire à la cantine, Thiméo désespéré d’entendre de telle imbécilités lui proposa ironiquement d’aller vérifier par lui-même. Une fois devant le porche de trois mètres en bois massif donnant sur la rue permettant de se rendre à l’infirmerie, un autre problème se posa, elle était fermée. Mais quelqu’un tapait de l’autre coté. Aaron hurla qu’ils étaient coincés et qu’ils auraient bien aimés qu’on les aide lui et son frère à sortir. Thiméo quand à lui était trop occupé à réfléchir aux raisons qui ont poussées le personnel à fermer la porte pour prêter attention à son frangin.

Bien vite le vacarme d’Aaron attira la meute qui errait dans la rue à la recherche de chaire fraiche. Les battements contre la porte s’intensifièrent et dés que Thiméo entendis des grondements, il fit remarquer avec tracas qu’il y avait un problème et qu’ils devaient s’enfuirent le plus vite possible. Aaron avait perdu son air idiot et affirma qu’il fallait absolument voir ce qu’il se passait pour pouvoir être mieux préparés, mais qu’ils devaient rester prudents.

La porte cédât et laissât jaillir un flot de cadavres animés par une faim insatiable. Thiméo et son frère se mirent à courir lorsqu’ils virent le teint pâle de ces personnes à moitié dévorées se ruant sur eux. Une élève sortie du foyer inconsciente de ce qui se passait et devint la proie de ce qu’ils pourraient appeler des zombies. Thiméo pleurât toutes les larmes de son corps à la vue d’un tel spectacle tandis qu’Aaron se contentait juste de fermer les yeux. Leur foulé s’accéléra maintenant qu’ils avaient la certitude du sort qui les attendais si ils ralentissaient. En quelques secondes ils arrivèrent dans le bâtiment principal, laissant leurs agresseurs à plus d’une cinquantaine de mètres derrière eux. Ils avaient quelques minutes pour trouver un moyen de s’en sortir, car bien que ces horreurs ne puissent courir elles étaient quand même loin d’être lentes. Aaron suggéra de bloquer l’entrée avec une chaise tandis que Thiméo encore au bord des larmes lui fit remarquer que ces choses avaient réussit à enfoncer la porte du porche en bois massif haute de plusieurs mètres. La porte en plastique ne ferait donc pas long feu face à eux avec ou sans chaise pour la bloquer.

_ Faisons le tour et allons à l’atelier dans ce cas, il doit bien y avoir quelque chose pour se défendre là-bas !! Rétorquât violemment son frère.

N’ayant pas de meilleure idée, Thiméo accepta de suivre Aaron. Ils traversèrent les couloirs à toute vitesse et descendirent dans les sous-sols pour rejoindre l’atelier sans retraverser la cour.

_ Dis Aaron, tu connais ses souterrains ? Demanda Thiméo inquiet.
_ Je m’y suis perdu une fois, alors j’ai visité. Essaye de faire moins de bruit quand tu marche, ça résonne tellement que si ils arrivent on les entendra de loin et inversement si on ne fait pas attention. Lui répondit son ainé dans un calme olympien.

Les souterrains n’étaient éclairés que par quelques lampes fixées aux murs en béton. Quelques embrochements plus loin:

_ Aaron, j’ai un mauvais pressentiment… Dit le cadet la voix prise de légers tremblements.
_ Ce n’est pas un pressentiment, ils arrivent je les entends. Viens planquons nous par là on pourra les surveiller sans qu’ils nous voient. Lui répondit froidement Aaron.

Ils se tapirent dans un sombre cul de sac aux allures de débarrât, Thiméo au fond dans le noir, Aaron sur une armoire, prêt à intervenir si besoin. La créature passât le croisement lorsqu’Aaron fit tomber une bouteille de l’armoire. Le zombie se retourna immédiatement vers cette dernière et vains se heurter dans l’armoire. Thiméo pris peur et voulut attaquer ce dernier. Mais même lorsque Thiméo fût parfaitement visible le zombie continuait de se heurter à l’armoire. Pris de panique, Aaron sauta sur le monstre en lui enfonçant les pouces dans les yeux jusqu’au plus profonds de la tête. La créature ne bougeait plus mais par prudence Aaron lui éclatât la tête par terre. Pour Thiméo et son frère, la famille et les amis représentaient tout à leurs yeux et ils seraient sans pitié avec quiconque s’en prendrait à eux…

_ Il ne m’as pas vu… dit Thiméo à mi-chemin entre la stupéfaction et l’effroi. Ils sont aveugles voila pourquoi il se heurtait à l’armoire, il a réagit au bruit de la bouteille !!
_ Dans ce cas baisse d’un ton Thim, ou tu pourrais tous les attirer.

Thiméo avaient enfin retrouvé son calme habituel. Leurs chances de survie venait de considérablement augmenter, maintenant que Thiméo pouvait réfléchir calmement à une façon de s’en sortir. Ils reprirent leur chemin et arrivèrent à l’atelier où ils prirent soin de s’assurer que la voie était libre avant de se mettre en quête de tout ce qui pourrait leur être utile. Au cas où «la maladie» ne s’étendrait pas qu’au lycée. Après tout les zombis venaient de l’extérieur. Sans compter qu’Aaron et Thiméo commençaient à s’inquiéter pour leurs parents, leurs cousins, leur jeune cousine, leur tante et leur oncle. Ils se rendraient d’abord au garage de leur père où ils étaient à peu près sur qu’il soit en bonne santé étant donné sa force hors du commun et sa passion pour les armes. Ils ne pourraient s'assurer de la sécurité de leur mère partie dans le sud pour préparer un repas de galas.

Après seulement quelques minutes Aaron réalisât qu’il avait eu tort de croire pouvoir trouver des armes ici. Alors qu’ils peinaient à trouver quelques tournevis, Thiméo pris conscience que si les zombis ne réagissaient qu’au bruit, il pourrait les attirer vers une fausse direction en lançant des boulons dans un quelconque objet. Aaron ne tenant plus en place s'écria :

_ Y a rien ici ! Pas un marteau, pas une clé à mollette ! Comment font-ils de la mécanique sans outils ??
_ Moins fort ! Tu va les attirer ici ! T'inquiète pas pour ça, j’ai des boulons pour faire diversion et des tournevis au cas où. On ira chercher papa au garage, là-bas y aura de grosses clés à molettes. Lui répondit Thiméo avec un sourire complice.

Ils ne savaient pas si les boulons et tournevis leurs seraient d’une grande aide, mais ils n’avaient pas d’autre possibilités pour le moment. Les zombis étant aveugles, ils ne pouvaient avoir fouillé efficacement le lycée. Peut-être y avait-il encore quelques survivants dans l’établissement. Les deux frères décidèrent donc de faire un rapide tour des bâtiments avant de se rendre au Project D, le garage où travaillait James, leur père. Le « Project Dracy » de son vrai nom, était un établissement ambitieux qui visait à s’approprier toute la clientèle fan de tuning de la région. James aimait se vanter de travailler sur certains des modèles surpuissants qui passaient au garage.

Mais avant de s’y rendre ils devaient chercher d’éventuels rescapés. Aaron suggéra de se rendre au deuxième étages du lycée pour trouver des survivants en espérant ne pas tomber sur d’autres zombis. Ils sortirent par la porte de derrière sans faire de bruit, après avoir courus quelques mètres ils se retrouvèrent devant les escaliers, quand tout à coup un zombi se mis à foncer sur Aaron qui surpris, basculât en arrière. Thiméo pris de panique lança un tournevis en plein cœur de la bête qui s’arrêta, cependant rien ne se passât, juste le temps de retrouver son équilibre et la créature assoiffée de sang se mis à recourir vers son frère. Paniqué, Thiméo lançât un autre tournevis mais cette fois-ci en pleine tête entre les deux yeux. La créature tomba raide dans un bruit sourd. Aaron avant de repartir s’assura que le zombi était bel et bien mort en lui donnant un grand coup de talon dans la tête. Une fois les escaliers montés, ils ne virent qu’un couloir traversant complètement le lycée. Dés lors ils se mirent à fouiller chacune des pièces.

Après quelques salles vides, Ils trouvèrent un groupe d’élèves barricadés dans un coin de la classe armés d’extincteurs. Aaron et Thiméo reconnu Dylan, Alexia et Anaïs ainsi que deux de leurs amis. A la vue de leur compagnons la bande ne pus s’empêcher de pousser un cri de soulagement heureux de constater qu’ils n’étaient pas les seuls en vie.

_ Chut !! Taisez-vous ils vont nous entendre. Dit Thiméo avec prudence.
_ Trop tard Thim, ils grognent déjà dans les escaliers.

Aaron jeta un rapide coup d’œil par la fenêtre et fit remarquer que la rue était complètement saccagée par les zombis. Rejoindre le garage n’allais pas être une partie de plaisir pour les survivants du lycée scientifique Léon Head.

ps: Ceci est le plus long texte que j'ai écrit en collaboration avec mon cousin.
La suite est prête et si l'histoire vous plait nous la posterons <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: Head Shot   Ven 3 Aoû - 10:37

Chapitre 2 :
Le Project D.


Alexia était une jolie rousse aux courbes magnifiques, elle avait toujours eu beaucoup de succès au près des garçons mais elle était également très réservée. Elle et Aaron étaient de vieux amis d’enfance, elle venait souvent chez lui autre fois. Pour Thiméo elle était un peu comme une grande sœur. Alexia avait pris ses distances avec Aaron quand ses parents ont commencés à la taquiner sur la relation qu’ils avaient. Aaron en avait beaucoup souffert mais avait soit disant fini par tourner la page.

Dylan lui était un camarade de classe de Thiméo l’année précédente. Bien qu’il ait redoublé plusieurs fois c’était un homme d’honneur qui aurait donné sa vie pour protéger la veuve et l’orphelin. Ce qui lui avait valût de se prendre quelques belles dérouillées. Bien qu’il soit impressionnant de puissance, plus d’un mètre quatre-vingt avec des bras comme les cuisses de Thiméo, il ne savait que très peu se battre. Mais depuis que Thim lui avaient appris à se défendre, ils étaient devenus pratiquement inséparable.

Anaïs quand à elle, était une discrète petite brune de la classe de Thiméo. Aaron se plaisait à la taquiner entre les cours mais ne laissait personne s’en prendre à elle. Entre l’ainé qui la protégeait et le cadet qu’elle trouvait si beau, gentil et intelligent. Elle ne savait plus où donner de la tête, son soulagement était réel lorsque les deux frères avaient débarqués dans la classe.

Les deux autres étaient un couple au bord des larmes, des amis à Dylan qu’il avait réussi à faire sortir de la cantine en se jetant au travers d’une des fenêtres. Mais les retrouvailles ne furent que de courte durée, les grondements s’intensifiaient et si le groupe se faisait attaquer en masse par des zombis, ils ne pourraient tous sortir vivant de la classe.

Ils sortirent donc de la salle, Aaron en tête lorsqu’ils tombèrent nez à nez avec une de ces horreurs. Trop près de son frère pour que Thim puisse utiliser un tournevis, Aaron attrapa le crâne de la créature à une main et lança le monstre aussi fort que possible dans le mur d’en face. Même Dylan fût impressionné par se tour de force, mais l’heure n’était pas aux éloges. Aaron se tourna lentement vers ses amis et Thiméo compris. Aaron pris quelques boulons et donnât son sac à Dylan.

_ Je vais les distraire. Vous prenez les escaliers de secours à gauche, on se rejoint derrière le lycée. Si je suis pas là dans cinq minutes vous savez quoi faire. Thim, Dylan prenez soin d’eux.
_ Aaron ! S’écria Anaïs. Fait attention à toi…

Thiméo baissa les yeux et ordonna à son frère de ne pas faire l’imbécile et de revenir sain et sauf. Alexia était sans voix, Anaïs avait été plus rapide qu’elle. Et elle ne savait plus quoi dire pour exprimer son inquiétude. Aaron tourna le dos à ses amis et dis sur un ton d’adieu à Alexia de bien veiller sur son frère. Et il parti en courant, on entendait les zombis tomber dans les escaliers et heurter les murs. Thiméo pris la tête du groupe et ils avancèrent jusqu’au fond du couloir où se trouvaient les escaliers de secours. Ils croisèrent quelques zombis qui ne faisaient même pas attention à eux tellement Aaron faisait un raffut épouvantable. Ils arrivèrent aux escaliers de secours et là Alexia fit remarquer avec effrois :

_ Y a pas de sortie par la où il est partis ! Comment il va nous rejoindre ?
_ T’inquiète pas, s’il doit sauter par une fenêtre pour sortir il le fera. Mais je pense plutôt qu’il veut utiliser une des gouttières du bâtiment pour descendre dans la rue. Il serait pas partit sans avoir quelque chose derrière la tête.

Anaïs soulagée dit avec humour que c’était surement pour donner un côté dramatique à son « sacrifice » et avoir la classe quand il arriverait sain et sauf. Dylan rigola en ajoutant que c’était bien son style, avec ses cheveux noirs mi-long qui masquaient à moitié son visage. Le rire des six amis attirât un zombi qui passait dans leur dos. Mais avant qu’ils n’aient pu réagir, l’un des amis à Dylan s’était fait mordre. Dylan se mit dans une colère noire et attrapât à deux mains la tête du zombi. Ses muscles se contractaient sous sa chemise et finalement le crâne de la créature se brisât entre les mains monstrueuses de Dylan.

Tous regardaient comment allais la victime en pleure tant elle souffrait. Mais quand son teint devint pâle Thiméo se releva et dit qu’il n’y avait plus rien à faire. Il n’avait pas le cœur pour tuer un humain. Tous comprirent et décidèrent de suivre Thiméo malgré l’atrocité de ce qui venait de ce passé. Tous sauf la petite amie de ce qui allait devenir un zombie.

A peine étaient-ils en bas des escaliers, qu'ils entendirent les hurlements de douleurs de la fille qui se faisait dévorer. Ils étaient tirés d’affaire, mais à quel prix ? Ils arrivèrent dans le parking où il n’y avait plus que quelques voitures. Les traces de sang par terre indiquaient que des zombis étaient passés par là. Mais il y a combien de temps ?

Par prudence Thiméo envoyât de toutes ses forces un boulon dans l’une des voitures qui étaient à l’arrêt dans la rue à la sortie du parking. Ils virent avec stupéfactions cinq créatures sortir d’entre les véhicules immobiles devant eux. Thiméo réfléchissait aussi vite qu'il le pouvait, les idées se bousculaient dans sa tête et il faisait le tri des plus prometteuses à une vitesse incroyable. Si le danger devenait trop grandissant pour lui ou les filles Dylan se jetterait à corps perdu dans la bataille, ce qui lui vaudrait une mort certaine et diminuerait les chances de survie du groupe restant.

Tous réfléchissaient frénétiquement, seule Alexia ne se préoccupait de leurs propres sorts. Elle arrivait encore à entendre faiblement le boucan que faisait Aaron et tremblais comme une feuille en songeant à comment il s’en sortirait. Elle ne voulait plus perdre d’être cher et elle souhaitait aller le retrouver au plus vite. Soudain envoyant la camionnette de livraison du lycée, elle trouvât le moyen de les sauver et de rejoindre leur ami au plus vite. Thiméo pris le temps de réfléchir et s’accordât avec Alexia. En bricolant les câbles sous le volant ils pourraient faire démarrer l’engin, passer la meute qui s’était entassé devant le portail suite au bruit du boulon, et rejoindre rapidement Aaron. Une fois dans la camionnette un autre problème survint, comment savoir quels fils branchés ?

Dylan pris les choses en mains et en moins de trente secondes l’auto démarra. Thiméo ferma les yeux dés qu’il entendit le bruit du moteur, Ils allaient attirer tout les zombis. Mais en roulant lentement ils devraient pouvoir limiter le vrombissement du véhicule et ne pas signaler une position fixe pensait-il un peu soulagé. Ils n’avaient plus qu’à aller derrière l’établissement pour ramasser Aaron sur la route.

C’est Thiméo qui voulut prendre les commandes. La conduite accompagnée lui avait déjà donné une certaine aisance de conduite, de plus il se plaisait ses dimanches à faire déraper la voiture avec son frère sur les parkings de supermarché ce qui faisait probablement de lui le plus apte à la conduite du groupe. Quoi que Dylan semblait bien s'y connaitre en automobile.

Dés le démarrage il écrasât plusieurs zombis tandis qu’Anaïs priait pour qu’ils s’en sortent, en s’accrochant à la poignée de toute ses forces. Alexia s’accrochait corps et âme à Dylan qui n’en demandais pas tant et qui prenait réellement son pied dans le dérapage de Thiméo. En moins d’une minute ils arrivèrent au point de rendez-vous où ils virent Aaron et sa classe légendaire accroché en haut d’un poteau face à une fenêtre brisée. Dylan ne put s’empêcher d’éclater de rire, tandis qu’Anaïs et Alexia dépitées d’un tel spectacle ne dirent rien.

Thiméo avec un sourire en coin fonçât sur la horde de monstre qui tentait d’arracher le poteau pour y déloger leur proie. Proie qui ne se fît pas prier pour sauter sur le toit du véhicule dés que celui-ci passât près du poteau. Aaron s’accrochait tant bien que mal à plat ventre sur le toit, tandis que Dylan toujours écroulé de rire lui ouvrait la porte latérale.

Une fois dans la camionnette Aaron racontât qu’à force d’aller et retour entre les étages, il avait été pris à revers dans les escaliers et qu’il avait dût sauter par la fenêtre pour s’accrocher au poteau où ils l’avaient trouvé. Alexia soulagée n’osait le regarder dans les yeux, tandis qu’Anaïs lui racontait l’épisode de la morsure et le désespoir de Dylan lorsqu’il avait dût abandonner ses deux amis. Anaïs était encore tremblante au souvenir de cette atrocité. Aaron la pris contre lui, elle déposât sa tête dans son épaules pour y cacher ses larmes. Ce dernier lui dit avec sincérité qu’elle pouvait se moucher dans son pull si elle le voulait. Elle eu un petit rire et lui dis merci.

Thiméo ne disait rien et conduisait avec une concentration des plus totales. Ils n’allaient pas tarder à arriver au Project D. où il retrouverait son père. En peu de temps ils furent au garage où James les attendait avec un sac plein dans les mains et des zombis « morts » éparpillés un peu partout autour. Le ton était donné, il en faudrait plus que ça pour abattre James Faure et sa clé à molette.

Thiméo arrêta la camionnette devant son père pour le faire monter. Mais celui-ci préférait d’abord faire la connaissance des acolytes de ses fils. Les présentations furent rapides et James les fît tous descendre pour aller dans un énorme 4x4 aux allures de Humer. Il venait de finir de poser un nouveau turbo compresseur quand les créatures avaient pris d’assaut le garage. Sa clé à molette lui avait suffit à se débarrasser de tous ces revenants avec aisance, comme Aaron et Thiméo l’avaient prévu.

James pris à part Alexia qui lui semblait troublée et lui demanda discrètement comment c’était passé les retrouvailles avec Aaron. Elle répondit qu’il ne lui avait adressé la parole que pour des adieux magistraux. James eu un petit sourire et lui expliquât que son fils en voulais à la jeune femme de l’avoir mis de côté. Qu’il avait même essayé de se suicider, mais qu’il était toujours amoureux. Et qu'il savait qu'elle aussi en était amoureuse mais qu'elle compliquait les choses...

Alexia eu alors une brève lueur dans les yeux avant de rétorquer avec dépit que ce n’était plus d’elle dont il était amoureux, mais d’Anaïs. Son père affirma le contraire, il avait vu Anaïs plusieurs fois à la maison et qu’il était sûr qu’elle considérait Aaron comme son grand frère. De plus si Thiméo était moins hésitant, il filerait surement le grand amour avec Anaïs.

Alexia regardât Anaïs qui s’amusait à embêter Thiméo dans le 4x4, alors qu’Aaron regardait Alexia en discutant avec Dylan contre la portière. Une fois cette conversation finit ils se dirigèrent vers leur nouvelle machine de guerre. Thiméo et Anaïs étaient déjà assit à l’arrière. James et Dylan montèrent tandis qu’Aaron et Alexia se regardaient devant la porte. Alexia ouvrit la bouche mais aussitôt Aaron lui dit avec froideur qu’il n’était pas bête et qu’il savait de quoi elle avait discuté avec son père. En lui donnant sa main pour l’aider à monter à l’intérieur et au passage, il lui susurrât à l’oreille que son père avait raison et que toutes les cartes étaient entre ses mains maintenant.

James pris le volant cette fois, ils n’avaient plus qu’à faire la tournée des maisons pour s’assurer que tous les proches de tout le monde allaient bien, la première maison serait celle d’Alexia. Mais au moment de démarrer, une nouvelle horde de zombis débarquât devant la porte du Project Dracy. Le garage étant peu profond, ils ne pourraient prendre assez d’élan pour leurs passer dessus. Le Humer serait-il assez puissant pour leur permettre d’aller chez Alexia ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: Head Shot   Ven 3 Aoû - 10:57

CHAPITRE 3 :
6 Rue des Ibis

Pour sortir de cette embuscade James dit à Aaron de regarder dans le sac et de prendre ce qui lui conviendrait le mieux au vu de la situation. Aaron fouilla dans un des deux sacs et trouva un colt argentée de la collection à son père. Il s’empressa de le donner à son frère qui celui-ci ouvrit la fenêtre et fit feu sur les zombis qui leurs bloquaient la route. Les six balles du chargeur finirent dans le crane de la première vague de créatures. Mais le rechargement prenait trop de temps, Aaron continuait de fouiller frénétiquement dans le sac.

Espérant y trouver une dague, un grand couteau ou un sabre. Même une barre métallique lui aurait suffit, mais il n’y avait rien de tout sa, seulement un autre revolver que son père avait trouvé dans l’un des casiers des employés avec un peu de nourriture un couteau suisse et un kit de premier secours.

Thiméo avait déjà pratiquement vidé un deuxième chargeur, mais six balles c’était trop peu, les créatures gagnaient du terrain. Dylan se disait prêt à donner sa vie pour leurs permettre de sortir. Aaron hurla à Dylan de rester dans le véhicule, et que personne ne mourraient ici. Soudain Alexia s’écria :

_ La clé à molette de ton père !!

Aaron la vit posée contre la camionnette avec laquelle ils étaient arrivés. Les zombis n’étaient qu’à quelques mètres de celle-ci. Aaron regardât tout le monde une dernière fois. Anaïs avait déjà préparée un nouveau chargeur pour Thiméo, quand celui-ci pris le revolver du sac, rechargeât son colt et embrassât Anaïs sur le front. Aaron était sorti du Humer et avait presque la clé lorsque la prof de français contaminée par « le génome du revenant » se jeta sur lui. Un bruit sourd retentit et le corps frêle de la vieille femme fût projeté en arrière :

_ J’te couvre vieux, vas-y trace nous la route dans ce merdier ! criât Thiméo à son frère. Il avait ramassé la clé molette qu’il désirait tant depuis la première fois que ces choses les avaient attaqués. Et maintenant il pouvait montrer tout l’étendu de son talent au combat rapproché. Aaron regardât Thiméo avec un sourire presque effrayant, qui le compris immédiatement une fois encore. Ce regard était une invitation à un massacre en bonne est dut forme histoire de montrer ce qu’il en coutait de s’en prendre aux frères Faure.

Thiméo se releva lentement et rejoins son frère pour un assaut frontal au combat rapproché. Quand son frère avait ses yeux, rien ne pouvait avoir raison de lui :

_ Je prends ceux de droite ! dit Aaron excité par cette situation.

Son frère regardât tout le monde dans le 4x4 avec confiance. Ils se lancèrent dans la bataille, Aaron fracassant les os et le crane de chacune de ces créatures avec aisance, Thiméo alternant coup de feu et coup de crosse. Personne ne tenant plus en place dans le véhicule tant le combat était risqué. Et les deux frères s’esquivant comme s’ils ne faisaient qu’un pour se défendre mutuellement. Thiméo avait une classe sans pareil tant ses coups étaient fluides, précis et rapide. Aaron lui laissait juste exploser sa fureur à travers des coups toujours plus rapide, toujours plus violent et toujours plus imprévisible tel une danse endiablée. Il leurs fallut moins de cinq minutes pour déblayer complètement la sortie.

Ils rentrèrent dans le 4x4, James démarra et suggéra de passé d’abord à la boutique de surplus militaire. Thiméo essoufflé se faisait sévèrement réprimander par Anaïs qui était toute tremblante, Aaron s’était assit seul sur la banquette du fond. Anaïs essuyait frénétiquement le visage de Thiméo recouvert du sang de ses adversaires.

Alexia passât à l’arrière pour s’occuper d’Aaron. Il regardait ses mains pleines de sang avec toujours le même sourire malsain. Quand Alexia commençât à lui essuyer le visage il se redressa et perdit le sourire. Il tourna la tête en écartant la main d’Alexia. Elle hésitât un moment, et lui mis une grande gifle.

Elle pleurait et lui demanda de la laisser s’occuper de lui. Sans la regarder il se laissât faire, Thiméo et Anaïs avaient finit de se chamailler. Et Anaïs regardait les larmes d’Alexia couler le long de sa joue. Anaïs se mit alors à insulter Aaron de tout les noms, Thiméo la pris dans ses bras pour la calmer et lui dit que tout ce qu’elle dirait ne l’affecterais pas, parce que son frère était convaincu d’être bien pire que tout cela réunit depuis qu’Alexia l’avait laissé tomber.

Dylan n’avait rien compris à ce qui venait de se passer alors que James lui affirmait qu’il n’avait pas besoin de savoir et commençât à discuter de mécanique avec ce dernier en zigzagant entre les voitures accidentées qui jonchaient la route. Ils arrivèrent finalement au magasin de surplus militaire, là ils trouveraient de vraies armes d’assaut et des munitions.

Tous sortir du véhicule et entrèrent dans le magasin, sauf Thiméo qui restât à l’entrée pour faire le gai. James regardait les lames avec envie, Dylan regardait les fusils-mitrailleurs, Anaïs cherchait des armes de poing pour Thiméo en se demandant laquelle lui plairait le plus, le père d’Alexia étant soldat elle connaissait donc à peu près les plus performantes. Et conseillât un desert eagle. Un flingue énorme mais extrêmement puissant et précis.

Elle ôtait des mains de Dylan un FAL tirant au coup par coup, pour lui donner un UMP54 le plus puissant et précis des fusils-mitrailleurs connus à ce jour. Aaron lui, pris un AA-12, un fusil à pompe tirant en rafale, un style aussi violent que lui. James quand à lui, avait pris un Sniper et commençait à remplir un sac à dos de l’armée avec diverse munition, couteaux etc...

Ils allaient sortirent du magasin quand ce dernier les conviât à se regrouper au tour de lui pour une surprise, tous lui obéirent et il entamât la distribution. Il commençât par Thiméo à qui il montrât un superbe arc de chasse à flèches explosives, ce dernier sauta presque au plafond lorsqu’il l’eut dans les mains. Après ce fût le tour de Dylan qui reçut l’AK-47 qu’il cherchait depuis qu’ils étaient rentrés dans la boutique et que James avait trouvé sous le comptoir.

Ensuite se fut Alexia, à qui James confiât un couteau et un 9 millimètres pour si elle se faisait attaquer pendant que les garçons les protègeraient. Anaïs refusât de prendre part à ce carnage, elle s’occuperait de donner des munitions et tout ça. James avait gardé le meilleur pour la fin, il s’agissait d’un sabre pouvant couper presque n’importe quoi. Un prototype très rare, dont la lame était si aiguisée quelle pouvait couper un cheveu dans la longueur. Les yeux d’Aaron brillaient devant un tel chef d’œuvre de technologie, il avait lu des articles qui en parlait mais il n'avait jamais réussit à trouver comment s'en procurer un.

La fête de noël passé, chacun repris sa place dans le 4x4 lorsqu’une bande de zombis sorti de la ruelle d’en face. James appuya à fond sur l’accélérateur et passa sans problème avec un magnifique dérapage sur les deux ou trois monstres qui tentaient de leur bloquer la route. Tous les six se dirigèrent vers la maison d’Alexia qui se trouvait au numéro six d’une petite rue appelée « Rue des Ibis ». Sa demeure n’était pas très loin et ils arrivèrent chez elle en moins d’une heure, Alexia n’osait pas dire un mot tellement elle était terrifiée par ce qu’ils allaient trouver. Son père étant en mission en Irak, qui aurait protégé sa mère de ces envahisseurs ?

Tous sortirent du véhicule avec grande prudence, une fois devant la porte d’entré James passa devant est entrouvrit la porte pour vérifier si il n’y avait personne, tandis que Thiméo suivait son père de prés avec le pistolet et quelques munitions. Aaron lui restait près des deux filles, une main sur son sabre et Dylan en dernier surveillait les arrières en arborant fièrement son AK-47 tel un milicien. Ils pénétrèrent dans la maison, et fouillèrent les moindres recoins en s’annonçant pour ne pas se faire tirer dessus par la jeune femme terrorisée qui aurait pu se baricader. Thiméo trouvât un mot prés du téléphone :

«  Ton père a appelé, au début il s’agissait d’une simple guerre contre l’Irak. Cependant nous somme victimes d’une arme biologique Irakienne. La France attend de rapatrier ses soldats avant d’utiliser l’arme nucléaire. Ils n’ont toujours pas trouvé de remède a se qu’ils appellent « le génome du revenant » bien que les scientifiques travail activement sur ce sujet. Je t’attendrais dans la forêt blanche, rentre dans la cabane où je t'avait emmené il y a trois ans, siffle trois fois et je viendrais t’ouvrir la porte d'un refuge.

Fait attention à toi bisous je t’aime.
Maman »

Les parents d’Alexia allaient bien et grâce au téléphone ils pourraient appeler tout le monde pour essayer d’avoir des nouvelles. Personne ne répondait, certains téléphones sonnaient occupés tandis que d’autres les renvoyaient directement sur la messagerie. Il était déjà 16h et ils n’avaient plus le temps de voir qu’une ou deux maisons avant la nuit. Dylan étant en mauvais termes avec ses parents, il accepta d’aller vérifier la maison d’Anaïs avant la sienne. Anaïs était folle de joie et lui sauta au cou, Dylan était aux anges. Le groupe repris sa route pour aller chez la petite dernière de la bande. Ils roulaient à vive allure dans une rue bordée de maison aux portails impressionnant, lorsqu’ils entendirent de graves hurlements de douleurs mêlés aux pleures d’une petite voix aigu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: Head Shot   Ven 3 Aoû - 11:21

CHAPITRE 4 :
Mina


Dylan, Aaron, Thiméo d’une seule voix ordonnèrent à James d’arrêter le véhicule. Ce dernier s’exécutât et tout les trois descendirent du 4x4 pour se ruer vers la maison d’où venait ces cris.
Il leurs fallut seulement quelques secondes pour arriver derrière la maison concerné. Aaron escalada le mur tandis que Thiméo et Dylan faisait le tour. Mais une fois qu’ils virent le portail depuis l’angle de la rue, leurs yeux s’écarquillèrent.

Il y avait un nombre incalculable de créatures qui s’acharnaient sur le portail. Thiméo suggérât à Dylan de se planquer tandis qu’il attirerait les zombies pour lui permettre d’aller porter secours à la personne dont les pleurs s’intensifiaient. Mais Thiméo eu beau hurler, rien n’y faisait, les créatures ne prêtait aucune attention à lui.

Dylan arma sont AK-47 et commençât à faire feu dans le tas de créatures qui attirés par les détonations de l’arme se ruèrent vers eux. Thiméo pris alors conscience de ce qui allais suivre, il ne bougeait plus tant les détonations résonnaient au loin. Thiméo tremblait comme une feuille à mi-chemin entre l’effroi et le désespoir. Les zombies n’allaient pas tarder à affluer de toutes parts. Aaron avaient passé le mur et s’était rué vers l’avant de la maison où il découvrit une jeune fille de sept ans environs, pleurant sur le cadavre d’un homme de trente à quarante ans. L’homme était complètement lacéré au niveau du bras droit. Aaron compris la gravité de la situation, bien que l’homme soit inanimé au sol, il allait surement devenir une de ces horreurs. Aaron s’approchât de la petite fille en rangeant son sabre :

_ C’est ton papa ? demandât-il avec douceur.
_ Oui, il s’est fait attraper à travers la grille et les gens ont mangés son bras ! Sil vous plait, aidez mon papa ! dit la fillette en pleurant de plus belle.

En temps normal Aaron lui aurait laissé le choix de venir avec lui ou de rester avec son père. Mais au milieu de ce chaos, il ne pouvait rester de marbre face à cette enfant aux yeux bleus azur et cheveux d’un blond chaleureux presque doré. Non il ne pouvait laisser derrière lui ce petit ange. Cela signifiait aussi avoir mis en danger son frère et Dylan pour rien.

_ Ton papa est un héros. Il a donné sa vie pour sauver la tienne. Mon frère et son ami son aussi des héros. Ils risquent leurs vies pour que je puisse te sauver.
_ Et mon papa ? Il viens pas avec nous ? dit-elle les larmes aux yeux.
_ Ton papa ne se réveillera pas... Je peux pas le remplacer, mais là où on va y aura plein de gens qui prendront soin de toi. Et je te promets que tu n’auras plus jamais à avoir peur si tu viens avec nous. Dit-Aaron avec un sourire réconfortant. Il prit la petite dans ses bras et lui demandât son nom.

_ Je m’appelle Mina ! Dit-elle en pleurant. Et toi ?
_ Aaron, bon accroche toi bien !

Les zombies, attirés par les détonations avaient désertés le portail. Ce qui permit à Aaron de sortir par l’avant avec Mina dans les bras. Il s’arrêtât et hurlât :

_ Thim ! On se rejoint au 4x4 ! On vous attendra autant qu’il faudra !

Les détonations s’arrêtèrent brièvement :

_ T’inquiète, on fait le tour et on arrive !
_C’est lequel ton frère ? demandât timidement Mina à Aaron.
_C’est celui qui a un arc dans le dos. Bon écoute, dit-il toujours avec le même sourire, une fois dans le 4x4 tu m’attendras et j’irais chercher mon frère. D’accord ma puce ?

La petite acquiesçât en souriant.

Aaron la serrait contre lui dans sa course effrénée. Ils virent alors le véhicule où de nombreux zombies s’heurtaient à la carrosserie du Humer dont James avait judicieusement coupé le moteur pour passer inaperçu aux yeux des créatures affluant de toutes parts.

Aaron fit quelques signes en l’air et l’engin démarra. Le moteur peinait à rouler sur tout ces revenants attirés maintenant par le vrombissement assourdissant du 4x4. Mais une fois lancé, le Humer passât sans problèmes sur les troupes de morts-vivants. Anaïs ouvrât la porte latérale dès qu’ils furent à côté d’Aaron. Ce dernier montât immédiatement avec Mina et referma aussitôt la porte.

Les filles firent connaissance tandis que James expliquait à son fils le plan qu’il avait mis au point pour récupérer Thiméo et Dylan. Soudain, une explosion retentit et tous virent un poteau de la rue voisine tomber dans un bruit monstrueux. Les coups de feu avaient cessés James et Aaron eurent tout deux le même sourire soulagé, le moteur s’arrêtât. Et tandis qu’Anaïs et Alexia paniquaient, Aaron tentait de les calmer :

_ L’explosion à l’instant, c’était une des flèches explosives de Thiméo. J’ai jamais vu mon frère raté une cible. Et les coups de feu ont cessés. Thim voulais attirer les zombies vers le réverbère qu’il a explosé et ainsi avoir la paix pour nous rejoindre. Voila pourquoi mon père à couper le moteur, pour disparaître aux yeux des zombies.
_ T’as compris tout ça juste dans une explosion ? demandât Anaïs impressionnée.
_C’est mon frère quand même, j’ai pas ses idées mais je comprends sa façon de penser. Dit-Aaron en rigolant.
_Woah ! T’es trop intelligent Aaron ! S’écriât Mina en admiration. Tandis qu’Alexia acquiesçait.
_ Non, c’est Thiméo qu’est intelligent. Répondit-il un peu gêné. Moi je sers à rien, je sais pas faire grand-chose à part me battre, demande à Alexia ajoutât-il avec dépit.

Alexia qui le fixait le gifla une nouvelle fois. Mina s’énervât et lui demandât pourquoi elle avait fait ça. Anaïs répondit à la place d’Alexia en affirmant qu’Aaron savait faire plein de chose mais ne croyait pas en lui. Et que ça énervait Alexia au plus haut point.

Thiméo et Dylan rentrèrent dans le 4x4 alors que la tension était à son comble. Ils étaient plein de poussières, de sang et peinaient à reprendre leur respiration. Anaïs sautât sur Thiméo pour le nettoyer telle une chatte s’occupant de son chaton. Et James repris la route, Thiméo avait beau se débattre rien n’y faisait, il était trop essoufflé pour gagner cette bataille contre Anaïs.

Mina s’adressât à Alexia et lui dit que Aaron était un héros pour elle, qu’il avait risqué sa vie pour sauver la sienne. Et qu’on ne traitait pas un héros comme ça. Aaron eu un bref sourire et pris la petite dans ses bras et versa une larme. Mina lui fit un câlin et ajoutât une fois encore, regarde comme il est gentils, il faut pas le taper. Et elle commençât à lui nettoyer le visage alors qu’il faisait semblant de se débattre pour amuser Mina.

Soudain on entendit Thiméo hurler à la mort. Anaïs lui avait mit de la biceptine dans les yeux pour le nettoyer. Thiméo toujours en hurlant lui expliquait que ça servait à nettoyer les « plaies » pas les yeux. Dylan n’arrivait plus à respirer tellement il rigolait.

_T’avais qu’à rester tranquille ! dit-Anaïs vexée.

Tous rigolaient et malgré l’agitation qui régnait, Aaron s’endormit. Mina c’était couché contre lui elle pour dormir un peu. La route était longue jusqu'à la maison d’Anaïs et complètement à l’opposée de la forêt Blanche. Il leurs faudrait encore une heure environ pour y arriver. Il était déjà 17h passé, ils devraient bientôt chercher un endroit sur pour se reposer cette nuit.

Peu avant d’arriver, Mina se réveillât. Tout le monde dormait A bord du véhicule à part James et Thiméo qui tenait tendrement Anaïs endormie dans ses bras. Mina commençât par réveiller Aaron pour lui dire qu’elle avait faim. Thiméo suggéra de se séparer en deux groupes, le premier irait faire des provisions pour leurs repas à venir et le second irait sécuriser la maison d’Anaïs pour qu’ils puissent y passer la nuit.

James s’arrêtât, ils venaient de dépasser une grande surface. Mina, Alexia et Aaron descendirent pour former le premier groupe. Alexia connaissait bien Anaïs et savait où elle habitait, de la où ils étaient il leurs faudrait une dizaine de minutes à pied pour atteindre sa maison.

Le 4x4 reprit la route, en quelques minutes ils arrivèrent devant la maison d’Anaïs. Il y avait quelques traces de sangs qui partant de la rue menaient jusqu'à l’intérieur, mais aucun corps ne jonchait le sol. James craignait le pire et pris Dylan avec lui en indiquant à Anaïs qu’elle devrait rester dans le véhicule. Thiméo voyait le rideau d’une fenêtre du rez-de-chaussée bouger de manière anormale.

Thiméo pris Anaïs contre lui en la serrant dans ses bras. James et Dylan s’engouffrèrent dans la maison en prenant soin de refermer la porte derrière eux. Anaïs regardait fixement sa maison et tremblait de plus en plus. Soudain, ils entendirent des bruits de lutte, Anaïs tentât de se défaire de Thiméo qui la tenait toujours dans ses bras sans relâcher son étreinte. Puis il n’y eu plus un bruit, Dylan ouvrit la porte et annonçât que la maison était sure désormais. Anaïs demandât ce qu’il c’était passé à l’intérieur. James sorti essoufflé de la demeure et tentât d’expliquer ce qui lui semblais le plus probable :

_ D’après les traces de sangs, ton père se serait fait mordre. Ta mère l’a emmené à l’intérieur pour qu’ils puissent se barricader. Mais ton père a dût la mordre avant qu’elle puisse fermer la porte. Quand je suis rentré, ils se cognaient contre la fenêtre pour sortir, j’ai dût les abattre… Anaïs fondit en larmes. Et James demandât un peu gêné :
_ Heu… Tu tenais beaucoup au fossile qu’il y avait sur le buffet ? Parce que je peux le nettoyer si tu veux…

Anaïs le regardât perplexe avec les yeux en larmes :

_ Bon, je vais nettoyer le séjour. Soupirât James en trainant les pieds.

Thiméo commençais à relâcher Anaïs quand celle-ci lui demandât si elle pouvait rester encore un peu dans ses bras. Thiméo lui répondît en souriant, bien sûr reste autant que tu veux. T’as perdu ta seule famille, la seule chose que je peux encore faire, c’est de te promettre de rester en vie et te tenir dans mes bras. Anaïs sourît toujours en pleur, mais de bonheur cette fois à cause des paroles du jeune homme.

Pendant ce temps au supermarché, Mina et Alexia escortées d’Aaron, découvrirent qu’ils n’avaient pas été les seuls à dévaliser le magasin maintenant saccagé. Alexia commençait à se sentir plus à l’aise en présence d’Aaron qui portait Mina sur ses épaules. Ils allèrent tout d’abord chercher une boite de gâteau pour la petite qui était aux anges.

Alexia avait été prendre un grand sac de sport pour y mettre tout ce dont ils avaient besoin. Aaron pris pour Thiméo quelques flèches d’un arc exposé au rayon sport. Alexia prenait divers médicament contre la douleur, inflammation etc. Ensuite ils allèrent prendre de quoi manger pour plusieurs jours tant en plat déjà préparé qu’en viande, légume et féculant.

Aaron pris quand même quelques outils que sont père n’avait pas au garage, ne sait-on jamais si on en avait besoin.
Ils avaient tous ce qui leurs semblaient nécessaire, et prirent donc la route pour se rendre chez Anaïs. Alexia rigolait doucement en marchant à côté d’Aaron, Mina s’était endormie sur la tête d’Aaron qui n’était pas rassurée à l’idée de devoir réveiller la fillette s’ils se faisaient attaquer. En sortant de la boutique, Alexia s’excusât pour tout le mal qu’elle lui avait fait.

Aaron répondit juste qu’elle avait changée, qu’avant elle se serait excuser plus tôt tant elle aurait été gênée d’être en mauvais terme avec quelqu’un. Il ajoutait avec regret qu’il avait longtemps attendu ce moment. Alexia lui fît remarquer avec humour qu’avec tant de tendresse à l’égard de Mina il aurait fait un très bon père.

_ C’est toute la tendresse qui aurait été tienne si tu n’étais pas partie. J’ai jamais eu d’autre personne à qui la donner. Maintenant je t’ai toi et Mina, et je ne laisserais rien ni personne vous faire le moindre mal. Dit-il l’air sérieux.
_ Alors on est une famille ? Demandât timidement Mina qui faisait mine de dormir pour caresser les cheveux d’Aaron.
_ Ben pourquoi tu demande ça ? Tu ne dormais pas ? dit-Aaron faussement surpris.
_ Non mais j’aime bien caresser tes cheveux. Répondit Mina en souriant. Mon papa le disait toujours à maman et moi qu’il ne laisserait personne nous faire du mal.
_ Mais je suis pas ton papa moi. Ajoutât Aaron.

Et Alexia répondit en souriant, non tu es notre héros ! Mina sautant de joie sur les épaules d’Aaron, ajoutât qu’elle aurait bien voulût qu’il soit son nouveau papa et Alexia sa nouvelle maman. Tous riaient, lorsqu’ils arrivèrent devant la maison d’Anaïs. Où devant le portail ils virent Thiméo et Anaïs qui restaient enlacés. Aaron avait vu que son père jetait deux cadavres par une fenêtre sur le côté. En arrivant près des deux tourtereaux, Aaron s’excusât au près d’Anaïs pour ne pas avoir pu la soutenir dans son deuil.

Alexia pris Anaïs dans ses bras et Mina s’exclamât :

_ Moi aussi je veux un câlin !

Aaron la posât à terre et la petite sauta dans les bras des deux jeunes filles. Tandis que Thiméo et Aaron restait en arrière :

_ J’aurais jamais cru te voir un jour comme ça Aaron ! On aurait dit une vraie petite famille. Dit Thiméo à son frère avec un sourire complice.
_ Tu sais Thim. Les gens changent, et pour ma part il suffirait que je dégaine ce sabre pour redevenir un monstre. Mais vous voir tous heureux et en bonne santé, sa m’apaise et me fait plaisir. Rétorquât Aaron l’air sérieux mais soulagé.
_ T’as jamais été un monstre ! Ajoutât Thiméo sur le même ton que lui. Tu as toujours su protéger les tiens avec cette violence et férocité qui est tienne et qui te fait penser que t’es un monstre. Tu sais j’aimerais beaucoup être comme toi, c’est pour cela que je t’ai toujours suivit à l’entrainement.
_ Petit frère t’es déjà meilleur que moi. Et si tout le monde devait se ressembler, le monde serait bien triste tu ne crois pas ?? On est différent et c’est pour ça que rien ni personne ne peut nous arrêter. Ma monstrueuse puissance et ton œil de lynx. Dit-Aaron en souriant.
_ Tu fais de la philosophie toi maintenant ? S’exclamât Thiméo surpris.
_ Bordel ! Mais pourquoi tout le monde me prend pour un abruti ?? Je suis pas arrivé en terminale S par hasard merde !! S’exclamât à son tour Aaron.

Tous rigolèrent ensemble avant de rentrer dans la maison que James venait de remettre un peu en ordre.
Une fois dans la maison Alexia et Aaron s'empressèrent de montrer avec fierté ce qu'ils avaient ramené.

_ C'est moi qui fais la cuisine ! S'écriât James.
_ Non! Hors de question à la maison c'est toujours Maman qui fait la cuisine et tu sais très bien pourquoi. S'exprima en rigolant Thiméo.
_ Mais t'inquiète pas je me suis beaucoup amélioré depuis.
_ Bon arrêtez de vous battre s'exclama Alexia, c'est moi qui fait la cuisine!

Après quelques minutes Alexia apportât enfin le plat sur la table quand tout à coup Aaron poussât un grand crie de joie :

_ WOAHH! Je savais pas que tu étais aussi bonne cuisinière franchement tu m'épate...

Surprise par tant de compliment Alexia ajoutât timidement :

_ C'est ma mère qui m'avait appris à cuisiner quand j'étais petite.

Et tout le monde dévorèrent le repas d'Alexia tel une grande famille heureuse.

Après ce délicieux repas Thiméo suggéra qu'il faudra une personne qui fasse le gai à tour de rôle pour surveiller la maison dés fois qu'une de ces créatures réussisse à rentrée. Vu qu'il n'y avait que trois lit dans la maison d'Anaïs ils allaient devoir se serrer. Mina était la première à demander à Aaron de dormir avec elle qui celui-ci accepta avec plaisir. Anaïs et Alexia prirent le lit à deux places pour pouvoir rester entre fille et Thiméo lui, déclara qu'il préférait dormir par terre plutôt qu'avec son père dans un lit simple.

La nuit était tombée, tout le monde c'était endormis. Après quelques heures Dylan réveilla James pour qu'il prenne le relai, James se leva et s'assit sur une chaise près de la porte d'entrée avec un café que Dylan lui avait préparé. Quand James voulu réveillé Aaron pour qu'il prenne le relai il entendu un bruit étrange venant de dehors, il décida donc d'aller jeter un coup d'œil par la fenêtre quand il aperçut des ombres venant de l'autre côté de la rue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Head Shot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Head Shot
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fictions libres :: Les fictions :: Tout public-
Sauter vers: