Fictions libres

Un petit forum pour tous ceux qui désirent parler d'écriture, littérature, poésie également. Là où vos écrits peuvent être améliorés... Et où on va bien rigoler!!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La vie est un voyage. [EN COURS]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: La vie est un voyage. [EN COURS]   Jeu 26 Juil - 21:12

XVIIe siècle, le pays de Lόmion est une monarchie absolue. Le roi Lόmion régnait avec une main de fer sur ses terres. Tantôt bon et juste, tantôt capricieux et inflexible il s’intéressait à beaucoup de choses et notamment aux sciences. Il avait un fils appelé Edward, âgé de quinze ans. Sa femme étant décédée très jeune d’une maladie inconnue, Lόmion avait dût élever son fils seul. Mais son fils tomba malade également, Lόmion devait trouver un moyen pour s’assurer que le royaume ne tomberait pas entre de mauvaises mains.

_ Mon seigneur. Voici le médecin que vous avez demandé. Sir Hohenheim, dit  « le Lumineux ». Présenta un valet.
_ Votre majesté, c’est un honneur de vous rencontrer ! Dit le médecin en s’inclinant.
_ Venons en au fait je vous prie Docteur. On m’a rapporté que vous pouviez soigner toutes maladies, est-ce vrai ? Demandât Lόmion.
_ J’en étais capable en effet, et je pourrais refaire de ce médicament miracle qui m’a valut cette réputation si vous le désirez. Mais sachez que dans mon pays, j’ai été condamné à cause de ses composants.
_ Et quel est l’ingrédient qui vous a valût cet exil ?
_ La vie humaine, il m’en faut un millier au moins pour pouvoir espérer parvenir à créer une infime quantité de mon breuvage. Avoua Hohenheim.

Lόmion fut choqué d’apprendre la composition de ce remède miracle et refusa l’offre. Il refusait de sacrifier un millier d’homme pour en sauver un seul. Il accorda également l’asile politique au médecin à condition qu’il ne tente jamais de fabriquer une autre bouteille de cette substance. Hohenheim le remercia pour sa bonté et demanda quand même à examiner le prince. Lόmion le fît venir, il était faible mais arrivait encore à faire beaucoup de choses s’il prenait le temps de se reposer. Mais rien n’y fît, même Hohenheim après osculation ne pu trouver la cause ou le remède à la maladie d’Edward. « Le lumineux » conseilla de lui faire prendre l’air de temps en temps, car cela lui remonterait le moral qui jouait un rôle majeur dans le traitement des maladies dite incurables. Lόmion acquiesça et demanda à ce que l’on prépare les chevaux pour une trotte dans le village de Valendil.
Ils se préparèrent lui et son fils et allèrent à cheval faire un tour des terres. Après une heure de trotte, ils croisèrent deux jeunes hommes étrangement vêtus. Le plus grand était inconscient tandis que l'autre grièvement blessé tentait de réveiller le premier.

_ Ragnar... Réveille toi frangin. On peut pas rester ici, on est à découvert... Haleta-t-il entre deux grognement pour contenir la douleur. Lorsqu'il vit le roi et son fils accompagnés de leur garde personnelle, le jeune homme se traîna avec son frère dans le fossé pour se cacher en espérant de ne pas avoir été vu.

Mais le roi avait la vue aussi perçante qu'un lynx et les avait repéré de loin. Il les interpella lorsqu'il fût assez proche.

_ Puis-je vous proposer mon aide ? Demanda-t-il en s'arrêtant à proximité de lui.
_ Seigneur, ne vous embarrassez pas de ces paysans. Ils ne vous apporteront que des problèmes vu leur état. Dit un garde à cheval derrière le roi d'un air méprisant.
_ Taisez vous, je suis seul à décider de qui mérite mon aide. Et ces jeunes gens en ont visiblement besoin.
Le jeune homme conscient regarda le roi avec incompréhension. La sueur dégoulinait de son front, trempant ses longs cheveux noirs et sales.
_ C'est une vilaine blessure que vous avez là, vous êtes sûr que ça va ? Insista Lόmion inquiet de voir vaciller le jeune homme. Sa blessure était profonde et en travers de tout son torse, laissant des flots de sang se répandre au sol et sur ses vêtements.
_ Emmenez les vite ! Hurla le roi en voyant le jeune homme s'écrouler sur son frère.

Les soldats prirent les deux blessés sur leurs chevaux et se ruèrent au château sous le commandement du monarque.

Lorsque Ragnar se réveilla en sursaut, il était dans une chambre du château. Il roula hors du lit et fît face aux servantes et aux gardes qui veillaient sur lui accroupit au sol prêt à bondir, une paume plaquée contre terre. Il chercha des yeux son frère dans la pièce tandis que tous tentaient de le calmer et que les gardes prenaient leurs armes en mains.

_ Où est mon frère ? Grogna le jeune homme en se relevant de tout son long. Il avait remarqué qu'il était de loin le plus grand avec son mètre quatre-vingt cinq et tentait de dissuader son auditoire avec sa nette supériorité physique.
_ Ne vous inquiétez pas ! Nous ne voulons aucun mal, il a besoin de repos. Je peux vous y conduire si vous le désirez. Dit une petite servante aux longs cheveux blonds attachés en une tresse qui repassait par dessus son épaule. Mais par pitié, restez tranquille ! Vous avez besoin de repos vous aussi.

Ses yeux suppliants réussirent à convaincre Ragnar. Il passa une main dans ses cheveux blonds pour les coiffer en arrière comme il le faisait d'habitude. Ses épaules se relâchèrent et il porta une main à ses côtes.

_ Emmenez moi le voir... S'il-vous-plait. Demanda-t-il en baissant la tête comme pour implorer la jeune femme. Elle rougit devant un tel marque de respect et bégayante elle le conduisit à travers les couloirs somptueux du château. La tête baissée et le visage toujours écarlate, elle se risqua à lui demander son nom.
_ Ragnar, Ragnar Faust. Lui répondit-il tristement.
_ Oh ! C'est très beau. Et d'où venez vous ? Demanda-t-elle avec intérêt.
_ De très loin. Répondit-il plus sèchement pour abréger la conversation.
La servante gênée laissa s'installer un long silence avant de retenter une nouvelle approche.
_ Je préfère vous prévenir, votre frère est grièvement blessé. C'est ma sœur qui s'est occupée de lui... Dit-elle d'un air grave et peinée.
_ Je suppose qu'il refuse de rester tranquille. Répondit Ragnar froid et distant.
_ Oui, mais ses blessures ne se refermeront jamais si il ne reste pas calme et il finira par mourir à force de perdre son sang.
_ Alors comment a-t-elle fait pour s'occuper de lui si il ne se laisse pas faire ? Demandât Ragnar intrigué. Même blessé il reste difficile à maîtriser ajouta-t-il.
_ Et bien d'après ce qu'elle m'a raconté, au début il avait failli la tuer. Un soldat s'était donc empressé de dégainer son épée pour abattre votre frère. Mais ma sœur est une bonne personne, et elle s'est interposer en implorant le soldat de ne pas lui faire de mal. Lorsque le soldat est sortit à contre cœur devant l'insistance de ma sœur. Votre frère c'est évanouit et se repose uniquement lorsqu'ils sont seuls.
_ Oh ! C'est la première depuis bien longtemps à réussir à amadouer Dragan. Reprit Ragnar avec un petit sourire et un air soulagé.
_ C'est là, murmurât-elle devant la porte pour essayer de ne pas réveiller le blessé.
Mais Ragnar rentra naturellement, sans discrétion ni gêne. La sœur de son guide était assise au bord du lit. Elle avait de très long cheveux blonds dorés qui tombaient en cascade sur ses épaules et dans son dos.
_ Je savais que c'était toi frangin... Je t'ai sentit arrivé depuis l'autre bout du couloir. Gémit Dragan en se relevant contre la tête de son lit. Son torse était entièrement bandé mais les traces de sangs dessinaient parfaitement la plaie sur son torse nu.
_ J'ai dit NON ! Lui ordonnât son infirmière en tentant de le maintenir couché.
_ Il te donne encore du fil à retordre ? Dit la jeune guide de Ragnar à sa sœur.
_ Il a une force de cheval ! N'importe qui avec une telle blessure serait cloué au lit et ne pourrait même pas bouger.
_ Ah bah ça c'est le frangin ! Dit Ragnar en tapant dans la main de son frère avec complicité. Mais reste tranquille si tu veux pas que ce soit moi qui te calme. Ajouta-t-il à l'égard de Dragan en lui adressant un clin d'œil.
_ Essaye pour voir ? Lui répondit-il avec un petit rire moqueur.
Ragnar pris une chaise dans un coin de la pièce pour s'asseoir en riant lui aussi.
_ Comment tu te sens ? Reprit-il.
_ A part de léger picotements dans la poitrine ça peux aller. Répondit-il après un temps de réflexion comme si il faisait le point.
_ De légers picotements ? S'étonnât la plus jeune sœur, celle qui s'était occupée de Ragnar.
_ Je te l'avais dit ! Il n'est pas humain... Rétorquât la seconde sœur toujours assise sur le lit avec un air dépitée et levant les yeux au ciel.
_ C'est de l'humour mesdemoiselles. Ajouta Ragnar. Dans son langage ça veux juste dire que ça pourrait être pire. Alors évitez les commentaires du genre : il est pas humain.
_ Laisse... Gémit Dragan à son frère en se redressant. Tu sais qu'elles ont raison... Lâcha-t-il les dents serrées et la tête baissée.
_ Eva, tu peux emmener ta sœur dans le couloir et me laisser quelques minutes avec mon petit frère ? Demanda Dragan à son infirmière.
_ C'est ton petit frère ? S’exclamèrent les deux jeunes fille d'une seule voix.
_ Oui, il a bientôt vingt et un ans alors que je viens d'en avoir dix-sept. Répondit Ragnar.
_ PARDON ??? S'exclamèrent-elles à nouveau. Mais t'es bien plus grand que lui ! Vous avez l'air tous les deux beaucoup plus vieux ! Reprit Evangéline se levant d'un bond du lit de Dragan.
_ En quoi c'est choquant ? Reprit Ragnar.
Les deux jeune filles se regardèrent un long moment. J'ai dix-neuf ans et Marie en a seize lui dit Evangéline en se rasseyant près du son patient.
_ Vous pouvez nous laisser oui ou non ? Insista Dragan toujours la tête baissée.
Les deux jeunes filles lui jetèrent un regard interrogateur mais se levèrent et sortir sans poser de questions.
_ Le roi m'a interdit de quitter la pièce. Faites vite. Lui dit Eva sans se retourner.
Dés que la porte fût fermée, Ragnar s'approcha de son frère et posa les mains sur son torse. Après quelques secondes il les retira.
_ Tes organes n'ont presque plus rien et tes côtes sont ressoudées mais aussi peu dense que du cartilage. Je comprends absolument pas comment tu peux être dans cet état.
_ Ton don me surprendra toujours. Repris Dragan avec un sourire envieux. Bref, Je pense que c'est Eva qui m'a soigné. Sinon j'aurais jamais eu assez d'énergie pour régénérer aussi rapidement.


Pendant ce temps là Evangeline et Marie sa sœur discutaient devant la chambre. Marie essayait d'écouter à la porte, mais elles étaient en bois massif. Aucune chance qu'elles laissent filtrer un seul son lui fît remarquer son aînée. En s'appuyant dos au mur et regardant le plafond.

_ Tu as l'air épuisée, lui fît remarquer Marie. C'est à cause de Dragan, il est vraiment si usant ? Reprit-elle avec humour.
_ Il pompe toute mon énergie, plus je lui en donne plus il en prends. J'ai jamais vu ça avant. Répondit Evangéline en baillant.
_ Il doit avoir une sacrée réserve d'énergie pour t'épuiser ainsi. Rétorqua Marie en lui adressant un clin d'oeil. Elle essayait toujours d'écouter à travers la porte mais en vain.
_ Ils ont quelques choses de vraiment spécial c'est deux là. Même Ragnar n'aurait pas du pouvoir se lever avant deux jours. Ils se rétablissent beaucoup trop vite pour des humains... Tu crois qu'ils sont comme moi ?
_ Peux-être, c'est possible. Si t'es là aujourd'hui, ils sont peux-être arrivés de la même façon. Répondit la jeune fille en abandonnant ses tentatives d’espionnages avec un air contrariée.
_ Tu peux me faire une danseuse en attendant ? Demandât la jeune fille à son aïnée.
_Seulement si tu viens t’asseoir à côté de moi.

Marie vint s'adosser au mur à côté de sa sœur. Evangeline tendis une paume devant elle et une danseuse de glace se forma avec grâce et délicatesse, elle la donna à sa sœur.
Ragnar ouvrit la porte et les deux jeune filles se redressèrent. Marie tenta de cacher la danseuse mais le geste n'échappa pas à Ragnar qui les invita à rentrer. Une fois rentrés, Ragnar pris la parole en faisant remarquer que la statuette était remarquable. Dragan eu un sourire et les deux jeunes filles pâlirent tandis que Ragnar bloqua la porte.

_ Elle n'a rien avoir avec nous. Hurla pratiquement Evangeline pour protéger sa sœur.
_ Alors j'avais raison... Lui répondit Dragan en baissant la tête avec le sourire puis de la relever. On vous veux pas de mal, il semblerait qu'on vienne du même monde. Mais vu ta condition physique, soit on vient pas de la même époque soit tu étais une noble.
_ « J'étais » une noble. Insista Evangeline. Je maîtrise l'eau et je peux transmettre mon énergie par le toucher pour soigner et soulager la douleur. Mais dans ton cas j'ai pratiquement rien pu faire. A votre tour maintenant.
_ Ragnar Faust, maître des flammes. Mon symbiote me permet de faire du repérage grâce à mes mains en touchant les choses ou les objets. Un genre de radar quoi. Répondit le cadet en s'approchant d'Evangeline.
_ Dragan Faust, maître de la foudre. Mes yeux me permette de voir les lignes de la mort de tout être vivant. Une sacrée malédiction pour tout ce qui ne touche pas au combat. Mais avec un peu de persévérance, j'ai réussit à ne pas voir ces lignes constamment. Il se tourna vers Marie comme pour attendre une réponse.
_ C'est ma sœur adoptive. Repris sa sœur. Sa mère m'a recueillit et élevée, elle est normale. Reprit Evangeline en s'asseyant sur le lit de Dragan pour se reposer.
_ Y a quelqu'un qui connaît ton histoire à part ta sœur ? Repris Ragnar.
_ Seulement notre mère. Dit la plus jeune sœur.
_ Alors on va devoir se tenir a carreau. Reprit Dragan en regardant son frère d'un air ennuyé.

La troupe continua à discuter quelques temps après avoir mis les choses au point. Avant que les soldats du roi, deux hommes en armure, l'un aussi grand que Ragnar était une armoire à glace; l'autre était plutôt du gabarit de Dragan, plus petit et élancé; prenaient place dans la pièce. Le plus grand avec une grosse voix leur dit que le roi voulait les voir. Ainsi, Ragnar aida son frère à se lever mais il décida de marcher seul. Evangeline et Marie se levèrent et les suivirent en baissant la tête. Les couloirs défilaient et les soldats expliquèrent au jeunes hommes comment se tenir en présence d'un roi qu'importe sa proximité avec son peuple et sa générosité. Le plus grand leur fit remarquer que les servantes les avaient changés pendant qu'ils étaient inconscients pour qu'ils soient présentables. Ragnar avait en effet un pantalon de toile brun et une chemise blanche fermée très légère. Et dire qu'ils n'avaient rien remarqués. Dragan portait une chemise blanche complètement ouverte laissant visibles ses bandages. Et son pantalon était noir, sûrement pour éviter d'être taché par le sang si la plaie se rouvrait. Dragan se retourna pour regarder Evangeline dans les yeux et lui demanda si c'était elle qui l'avait changé. La jeune femme se défendit en annonçant d'une traite en bégayant que ce n'était pas elle qui était chargée de préparer les patients. Elle s'occupait seulement de les surveiller et de respecter les consignes du médecin. Ragnar se tourna alors vers Marie à son tour avec un sourire malicieux en lui demandant la même chose. Marie acquiesça sereinement et ajouta même qu'elle lui avait fait un brin de toilette. Et ça t'as plu ? Demandât Ragnar avec un clin d’œil enjôleur.

_ Bof, j'ai l'habitude, mais honnêtement j'ai été déçue. J'en attendais beaucoup plus lorsque j'ai vu ta carrure. Répondit-elle en haussant les épaules.

Dragan étouffa un petit rire moqueur qui n'échappa pas à son frère. Qui monta tout de suite sur ses grands chevaux. On y est alors un peu de calme ! Les interrompit le plus grand garde en s'arrêtant devant une double porte avant de toquer et de l'entre-ouvrir. Quelqu'un les annonça d'une voix forte de l'autre côté de la porte. Les deux soldats ouvrirent en même temps les portes de chaque côté et fît signe à la petite troupe de s'avancer. J'ai mentis, murmura discrètement Marie à l'oreille de Ragnar tandis qu'ils s'inclinaient. Le jeune homme sembla imperturbable mais une goutte de sueur coula sur sa tempe. Ce qui ne manqua pas d'amuser les jeunes filles.

_ Pourquoi mes servantes vous accompagnent-elles ? Demandât le roi d'une voix forte et pleine de reproches. Il ne me semble pas les avoir convoquées. Ajouta-t-il.
_ Vous nous avez demandé de les surveiller alors nous sommes venues votre majesté. De plus ce jeune homme est encore très fragile et nous avons eu peur qu'il ne se surmène et ne perde à nouveau connaissance. Nous ne voulions pas donner plus de travail à vos garde votre seigneurie. Expliqua Evangeline en s'inclinant.
_ Vous êtes dévouées, j'aime ça. Reprit Lomion comme pour les féliciter.
_ Mon seigneur, mon frère et moi vous remercions pour la générosité dont vous avez fait preuve à notre égard. Les interrompit Dragan en baissant la tête en marque de respect.
_ Tu es un sacré guerrier. J'ai vu certain de mes soldats hurler de douleur, appeler leur mère et abandonner leurs camarades pour bien moins que tes blessures. Toi, tu es resté conscient et n'a même pas lâché un râle. Pour protéger ton frère, tu as bravé la douleur et tu as essayé de le cacher quand tu nous as vu arriver. Et tu n'as perdu conscience que lorsque tu as compris que vous ne risquiez rien. Quel est ton nom ? Demanda-t-il Avec admiration.
_ Dragan Faust et voici mon petit frère Ragnar. Reprit Dragan en se redressant avec peine.
_ Des noms bien étranges, mais au moins on ne les oubliera pas. Bref, j'ai entendu dire que vous aviez tout les deux une formidable faculté de récupération. Auriez vous un secret ? Mon fils est mourant donc je suis preneur de tout ce qu'on a à me proposer.
Le roi avait été pour le moins direct mais le jeune homme appréciait ce genre de comportement. Dragan lui répondit qu'ils n'avaient aucune explication à leur guérison miracle.
Mais il se dit que s'il utilisait ses yeux, il pourrait sûrement voir les lignes qui lui permettrait de tuer la maladie du prince. Mais s'il se trompait de ligne, Edward pourrait bien perdre la vie. Ce qui, dans le meilleur des cas, lui vaudrait d'être exécuté. Mais pourquoi Evangeline ne l'avait pas soigné ? Il ne comprenait absolument pas ce qui l'avait poussée à ne rien faire.
_ Seigneur, je peux probablement aider votre fils. J'ai quelques techniques qui peuvent aussi bien tuer que soigner. Mais la violence de l'opération est quelque peu traumatisante pour les proches qui y assiste. Pour cette raison, j'ai besoin de pratiquer mon art seul ou à la limite avec des initiés si ils savent rester tranquille.

Tous firent de grands yeux en tournant la tête vers le jeune homme. Son cadet voulut prendre la parole, mais d'un geste de la main comme pour ériger une barrière entre lui et le roi, son aîné l'en dissuada.
Lomion resta longuement silencieux, réfléchissant et évaluant les risques que Dragan et son frère viennent seulement pour tuer le prince. Mais Edward était condamné, il lui restait peux-être un an ou deux de souffrances selon Hohenheim « le lumineux ». Cela lui pesait sur le cœur, mais si son fils mourrait maintenant il ne souffrirait pas pensait Lomion. Il inspira pour prendre la parole, mais Dragan le coupa.

_ Si vous n'avez pas confiance, Evangeline, votre servante peux assister à l'opération.

Lomion fronça les sourcils et supposa que Dragan parlait d'une des deux servantes qui l'accompagnait. Il devait y avoir deux cent servantes dans le château et autant de serviteur et valet. Il ne pouvait pas connaître le nom de tous. Néanmoins, elles avaient obéis aux ordres à la lettre et il n'avait jamais entendu parler d'elles donc elle ne devait jamais avoir crée de problèmes. Il accepta et ordonna à Evangeline ,en détournant le regard pour ne pas laisser voir qu'il ignorait à qui il s'adressait, de conduire Dragan jusqu'à la chambre du prince et de veiller à ce que tout ce passe bien. Evangeline ouvrit le pas en baissant la tête. Dés qu'ils eurent passé la porte, le roi reprit sa conversation.


Evangeline resta devant et pressait le pas dès que le jeune homme essayait de la rattraper. Ce jeu aurait pu amuser Dragan en d'autre circonstance. Mais il s'agissait d'une vie humaine, et il ne jouait jamais avec la vie tant elle lui semblait fragile. Il avait quelque chose à faire et préférait le faire avant de savoir de quoi il en retourne exactement. Mais sa conscience le torturait, il avait horreur de s'engager dans une histoire dont il ignorait les détails. Ils arrivèrent devant une porte et Evangeline lui dit que le prince dormait à l’intérieur.

_ Parfait, il n'aura aucun souvenir et ne pourra pas en parler. Répondit Dragan en entrant dans la chambre.

Le jeune prince dormait comme Eva lui avait dit. L'homme ferma les yeux pour activer son pouvoir. Ses iris bleues ciel, se teintèrent de halos rougeâtres autour de ses pupilles. Dragan fût alors pris de tremblement. Il fronça les sourcils comme pour se concentrer et retira la couverture dans laquelle le prince était enveloppé. Dragan s'arrêta quelques secondes et contempla une ligne qui passait en travers de l'abdomen du jeune homme. Elle était longue et épaisse, le simple fait d’effleurer son ventre devait être une douleur atroce pour le prince.
Dragan pris lentement un couteau sur un plateau-goûter posé sur la table de chevet près du lit. Certaines tartines n'avaient pas été terminées. Il eu un petit sourire lorsqu'il vit une ligne mince sur les tranche de pain. «  Je peux même tuer des tartines... Tu parles d'un don. » pensa-il avec humour en secouant la tête comme pour se concentrer et effacer le sourire malsain qui se dessinait sur son visage. Il s'approcha du prince, lui fit un étranglement sanguin durant quelques secondes pour être sur qu'il ne se réveille pas à cause de la douleur. Dragan pris ensuite le couteau et trancha d'un coup la ligne épaisse qui lui avait parut suspecte. Le sang gicla partout et Evangeline sentit ses jambes défaillir, elle recula. Dragan trancha encore deux fois dans la chair avant d'en retirer un morceau complètement noir gros comme le poing. Il reposa le couteau mais en garda en main la chair pourrie. Sa main se crispa et des arcs électriques passèrent de l'un à l'autre des doigt du jeune homme avant de former une boule bleutée au bout de son index. Avec la tension électrique qu'il générait, il referma les entailles qu'il avait fait. Mieux, de cette manière les plaies étaient cicatrisées immédiatement bien qu'encore fragiles.

_ Qu'est-ce qu'il t'a fait ? Demanda Dragan avec un air grave à Evangeline.
Mais la jeune fille ne répondit pas, elle se contenta de détourner le regard.
_ Je te forcerais pas à en parler. Ajouta froidement Dragan en tentant de contrôler ses tremblements. Moi aussi j'ai un passé et je sais reconnaître certaines blessures. Dans tout les cas, ses chaires sont très endommagées soit il guérit dans la semaine, soit il meure dans la journée. Reprit-il en quittant la pièce pour retourner au trône en retirant le halo de ses yeux d'un clignement dans une grande respiration, mais il s’évanouit instantanément.


Dans la salle du trône, le roi discutait avec Ragnar sur ce que son frère ne voulait pas qu'il dise.

_ Sa technique est très éprouvante physiquement et lui rappelle de très mauvais souvenirs... Il n'en dormira pas pendant des jours. Répondit Ragnar en baissant la tête.
Il savait que son frère lui avait interdit de parler parce qu'il pensait que le roi les avait sauvé. Mais si c'était le prix à payer il est prêt à le faire. Ragnar se disait qu'il allait devoir prendre soin de son frère pendant un petit moment s'il ne voulait pas qu'il dérape.
_ Je vois, donc c'est une grande faveur qu'il m'accorde. Reconnu le roi, il est encore convalescent mais n'a pas hésité à donner de sa personne pour me prouver sa reconnaissance.
_ Peu de gens ont étés bons avec nous, il est normal de les remercier. Répondit Ragnar froidement.

Le roi ne commenta pas cette déclaration, mais il trouva l'histoire touchante. Deux jeunes hommes marqué au fer rouge par leur passé semblait-il. Lomion allait à nouveau aborder le sujet de l'opération, mais Evangeline rentra dans la pièce accompagnée d'un garde qui portait Dragan inconscient sur une épaule.

_ Et voilà le résultat... Souffla son frère en examinant le jeune homme que le garde lui remit. Il tenait toujours le morceau de chair. A la vue de la couleur, Ragnar en vint à la même estimation que son frère. Soit votre fils guérit dans la semaine, soit il meurent dans la journée. Annonça-t-il au roi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugai
Admin
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 22/07/2012
Age : 28
Localisation : derrière mon écran

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Jeu 26 Juil - 22:23

déconnes pas gamin, envoie la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Jeu 26 Juil - 22:49

xD j'ai trop un dons pour les coupures au meilleurs moment x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Jeu 30 Aoû - 10:00

La suite des aventures que vous attendiez impatiemment.

CHAPITRE 2 :
Je ne suis pas humain...


Dragan se redressa d'un coup dans son lit dans un hurlement d’effroi puis de douleur. Une douleur vive dans la poitrine qui lui fît cracher des gerbes de sang dans sa main. Des gardes rentrèrent à toute vitesse dans la chambre, armes à la main. Son cri résonnait encore dans le château. Par la fenêtre le clair de l'une éclairait froidement la pièce. Ils étaient au milieux de la nuit et le jeune homme avait sans doute réveillé tout le monde. Une seconde douleur le parcourut, dans le corps entier cette fois et il fût pris de tremblements. La peur et la rage montaient en lui …

_ DRAGAN !!! Je suis là ! Calme toi, c'était juste un cauchemar ! Lui dit son frère en se ruant dans la pièce paniqué.

Il le secoua par les épaules, mais rien n'y fit. Son frère était dans un état second.
La respiration de Dragan se fît haletante, il n'entendais qu'un bruit de fond. Comme sil avait la tête sous l'eau... Quelqu'un le secouait, quelqu'un de puissant, il était dangereux. Les yeux de Dragan s'illuminèrent d'halos rougeâtres visibles depuis n'importe où de la pièce avec cette pénombre.
_ FUYEZ !!! Hurla Ragnar en jetant sa chemise en arrière.

Dragan se leva lentement et des arcs électriques s'échappèrent de son corps pour rejoindre directement la terre. Les soldats horrifiés avaient tous pris la fuite et il ne restait plus que Dragan et Ragnar dans la pièce. Rejoints peu après par Evangéline et sa sœur à bout de souffle.
_ Laissez moi faire, je sais comment le calmer ! Il m'écoutera ! Hurla Evangéline.
_ Il ne nous entends même pas... La seule chance qu'on ai, c'est qu'il ne se soit pas remis de ses blessures... Lui répondit Ragnar la gorge nouée.
_ Burning protect ! Cria Ragnar avant de s'embraser et que ça peau ne devienne lave en fusion. RECULEZ !!! Je ne pourrais pas vous protéger si il décide de vous attaquer ! Conseilla vivement le jeune homme à ses amies.
Mais il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que son frère se jeta sur lui. La foudre pleuvait dans toute la pièce et Ragnar peinait à esquiver tout les arcs.
_ Tu ne me laisse pas le choix Dragan ! S'écriat Ragnar pour passer par dessus le grésillement sourd et continu de la foudre s'échappant du corps de son frère.

La peau de Ragnar blanchit à vu d’œil comme un métal qu'on chaufferais à des milliers de degrés. Depuis la cour du château, on aurais dit que le jour se levait. Les vitres volèrent en éclats et des vents violents et enflammés semblables à des éruptions solaires frappèrent le pauvre Dragan.

_ Inferno...

La peau de Draganse desséchait à vu d’œil jusqu'à ce qu'elle ressemble à des terres désertiques craquelées. Dans un ultime cri, le jeune homme aveuglé par la lumière lança une dernière attaque qui réduisit à néant la pièce dans un grondement monstrueux et laissa Ragnar inanimé au sol les yeux révulsés et le bras gauche carbonisé jusqu'à la moitié de sa poitrine.
Dragan tremblait, ses tissus étaient brûlés et il était complètement déshydraté, sa peau craquait de manière inquiétante à chaque mouvement qu'il faisait. Mais il était debout, face à un trou béant dans la façade de la chambre dont tous les murs étaient noircis et le sol n'était que braises autour de Ragnar.

Il avait mal, et ses yeux perdirent peu à peu leur halo de mort. Dragan reprenait lentement conscience tandis que tout n'était que silence et désolation autour de lui. Il avait encore fait un massacre, mais cette fois c'était son frère qu'il avait tué... Il tombât à genoux, son cœur se serrant jusqu'à ne plus pouvoir le laisser respirer. Ses muscles douloureux se contractaient maladivement de manière anarchique avec une puissance qui semblait lui briser tout les os...

Quand il entendis le gémissement de son frère qui se relevait avec peine, une larme de soulagement tenta de couler des ses yeux. Mais il n'avait plus une goutte d'eau dans le corps, et ce fût une larme de sang pratiquement noir qui coula. Evangéline n'entendant plus que de légers gémissements revint dans la pièce. Mais elle fût horrifié par le spectacle de désolation dont elle était témoin. La jeune femme commençât à se ruer sur Dragan qui sans pouvoir dire un mot, lui montra son frère d'un air suppliant. Ragnar réussit à se lever tremblant comme une feuille, Evangéline se dit qu'il devait être en meilleur état que son aîné et que par conséquent elle ferait mieux de s'occuper de Dragan. Mais ce dernier voulant la repousser, tenta de s'entourer d’électricité mais il n'eu pour résultat que des étincelles...
_ Je … Je vais bien Dragan.. Tu vas encore perdre connaissance si tu te fais pas soigner... Lui dit son frère.
_ Je doit... Payer.... Tenta d'articuler Dragan à bout de souffle. Mais il n'eut pas le temps de finir sa phrase, Evangéline l'avait violemment giflé.
_ VOILA T'AS PAYER !! Lui hurla-t-elle à lui en faire crever les tympans.

Les deux garçons se figèrent devant une telle autorité. Ragnar sans un bruit sorti de la pièce pour accorder à la jeune femme un peu de temps pour soigner son frère. Il ne laisserait personne s'approcher de la chambre tant qu'Evangéline n'aurait pas fini. Il se sentait groggy par la décharge électrique de son frère qui lui avait tétanisé tous les muscles. Sinon il se serait relevé bien plus tôt, Dragan lui avait déjà fait bien pire autrefois.. Mais c'était du passé !
Soudain il senti une présence et ouvrit les yeux. Marie était à quelques centimètre de son visage, elle le regardait fixement. Ragnar eu un mouvement de recul :

_ Ça va ? Lui demanda-t-elle inquiète.
_ Ça va aller, de là où on viens ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort alors bon...
_ Et ton frère ? Reprit-elle.
_ Je vais devoir réparer quelques unes de ses entraves mais ça devrait aller...
_ Comment ça ? Dit-elle en fronçant les sourcils.
_ Dans notre monde, on a tous un symbiote qui nous donne nos pouvoirs, nous régénère et nous renforce. Mon frère a toujours tout fait pour nous protéger ma sœur et moi. Mais un jour, il n'a pas été capable de protéger ma sœur... Pour que ça ne se reproduise jamais, il a torturé son corps et son symbiote jusqu'à l'extrême. Jusqu'à en perdre son humanité, le pouvoir le consumait de l’intérieur et dans un excès de folie, il a manqué de me tuer... Alors il s'est infligé des entraves qui brident son pouvoir pour garder la raison et ne plus souffrir. Mais ce soir deux entraves sur les sept ont sautées... Je vais devoir les réparer, sinon il risque de perdre le contrôle à nouveau.
_ Tu veux dire qu'il n'a pas déployé tout ses pouvoirs ? S'écriât horrifié la jeune femme.
_ Moi non plus j'ai pas utilisé toute ma force, c'est mon frère quand même... Et puis il a maintenu le troisième verrous, au fond de lui il a réussit à limiter les dégâts... Dit-il a voix basse.


Pendant ce temps dans la chambre :

_ C'est vrai que tu ne nous a pas entendu quand on te parlait ? Demanda Evangeline à son patient tandis qu'elle réhydratait avec difficulté le corps du jeune homme grâce à sa maîtrise de l'eau.
_ J'étais plus moi même... Je me suis senti agressé, j'ai répondu... J'ai pas fait attention à qui me parlais, ni ce qu'on me disait... Reprit Dragan en serrant les poings. Du sang coula de ses mains et quand il les regardât, ses doigts avaient noircis et s'étaient allongés jusqu'à former des griffes acérées. La deuxième porte a cédée... Pensa-t-il en cachant ses mains l'air de rien à la jeune femme qui s'épuisait à le remettre sur pied.

Elle avait les yeux fermés et un air concentré se dessinait sur son visage. Elle mettait tant d'énergie à maintenir sa concentration parfaite, que la qualités de ses soins en soufraient beaucoup. Mais Dragan releva une tension dans les mains de la jeune femme. Avec l'entraînement il était capable de sentir les micro-signaux électrique du corps et donc de sentir que la jeune femme était tendue...

Après cinq bonnes minutes, le corps du maître de la foudre était réhydraté. Evangéline voulu se relever pour aller se reposer et remettre la suite des soins à plus tard, mais elle tomba en avant pour finalement venir s'appuyer sur le dos de Dragan qui se figea.

_ Eva ? Demanda-t-il inquiet.

Il entendit sa respiration et sentait sa poitrine se mouvoir calmement. Le jeune homme compris qu'elle était épuisée et qu'elle dormait simplement. Il se retourna pour la prendre dans ses bras et aller la coucher, elle se laissa glisser pour atterrir dans ses bras. Dragan contempla le visage fin de la belle endormie. Il approcha sa main pour lui caresser le visage, mais lorsqu'il vit sa main griffue il se rappela de se qu'il était... Un dur rappel à la réalité. Une larme coula et tomba sur le visage de l'ange qu'il tenait entre ses griffes...
_ Allez saloperie de monstre, tu dois être assez fort pour pouvoir faire ça pour elle... Se dit-il dans sa tête en se levant avec la jeune fille dans les bras... La douleur était insupportable, mais un monstre ne ressentait pas la douleur. Et avant de s'en rendre compte il était sorti de la chambre...
_ Marie, où dors ta sœur ? Demanda Dragan froidement.
_ Ben actuellement je dirais dans tes bras. Répondit la jeune fille avec humour.
Il y eu un blanc durant lequel Dragan plongea son regard dans le sien.
_ C'est la chambre à côté de la tiennes, beaucoup de chambres ne sont pas attribuées et elle voulait être près pour si jamais il t'arrivait quelque chose donc elle a fait changer sa chambre... Repris la jeune femme.

Ragnar regarda son frère partir avec peine sans dire merci et rentrer dans la chambre de la jeune femme. Il regarda son aîné déposer Evangeline dans son lit et la border tendrement... Marie qui regardait également resta bouche-bée. Les deux jeunes regardèrent le blessé se laisser allez à la douleur de ses blessures et ressortir en s'appuyant contre le mur.
Son frère le pris par le bras :

_ Où vas-tu Dragan ? Lui demanda-t-il.
_ Réparer ça. Répondit son aîné en montrant une de ses mains. Deux des verrous ont sautés et t'as du remarquer que ma puissance n'a plus rien avoir avec celle d'avant. Donc par précaution on vas devoir en rajouter deux de plus demain...

Ragnar aquiecâ de la tête en lâchant le bras de son frère qui continua sa route en longeant le mur jusqu'à disparaître dans la pénombre des couloirs. D'innombrables gardes arrivèrent enfin pour inspecter la pièce ravagée, tous restèrent perplexes et les plus folles suppositions planaient dans le château.

Ragnar se fraya un chemin pour rejoindre sa chambre suivit de Marie qui ne le lâchait pas d'une semelle.
_ Tu vas aussi me border ? Demanda le jeune homme d'un air lassé.
_ Et pourquoi pas ? Après tout tu es blessé et mon rôle est de m'occuper de toi. C'est un ordre du roi, je pourrais me faire exécuter si je ne m'y pliais pas. Répondit-elle d'un air faussement contrariée.
_ Comme tu veux, moi je vais dormir, c'est comme ça que je régénère le mieux. Lui répondit Ragnar fatigué.

Il se coucha dans son lit et la jeune fille le regarda longuement. Il lui tournait le dos, il ne voulais pas la regarder dans les yeux. La jeune fille voulut tenter une approche malicieuse, mais se résigna... L'heure n'était plus à la plaisanterie et puis c'était un homme. Si il avait vraiment désiré sa présence il aurait été beaucoup plus mielleux ou en tout cas moins froid avec elle.. Pensa Marie avec désillusion, bien sur elle ne se serait pas offerte à lui ce soir, elle était encore jeune. Mais elle voulait s'assurer qu'il ne lui arrive rien de tel qu'à son frère.
Elle tourna les talons et se dirigea vers le couloir, Ragnar sentit dans sa démarche quelque chose qui lui fit mal au cœur. Il devait dire quelque chose.
_ Merci... Dit-il de façon à ce qu'elle l'entende à peine.

Mais la jeune fille l'entendit, elle s’arrêta une seconde. Et repris sa route, d'un pas plus assuré et détendu. Ragnar pouvait pratiquement sentir son sourire pendant qu'elle refermait la porte avec précaution.
Ragnar passa une nuit tranquille et fort reposante, encore deux nuits comme celle-ci et il serait en pleine forme. Le jeune homme lambinait dans son lit où la lumière de l'aube venait réchauffer ses draps à travers la fenêtre.

Ce fût une étrange agitation dans les couloirs qui décida le jeune homme à se lever. Il inspecta son bras dont la peau avait repris sa couleur normale mais qui le faisait encore souffrir un peu. En revanche, ses côtes encore fragiles la veille étaient comme neuves aujourd'hui.

Il sorti de sa chambre en enfilant une chemise, des gardes allaient et venaient sans cesse. Evangéline, vint à sa rencontre, où est ton frère demanda la jeune femme inquiète.

_ Pourquoi tu me demande ça ? Répondit-il avec méfiance...
_ Dis !!! Insista-t-elle.
_ C'est mon frère, si il a des problèmes tu crois vraiment que je vais te dire où il est ? Rétorquât le jeune homme.
_ Le prince est mort, Ragnar... Le roi cherche ton frère pour Dieu seul sais qu'elle raison ! On doit le prévenir avant que le roi ne le trouve... Reprit Evangéline au bord des larmes.

Le jeune homme s’approchât de la fille pour lui révéler où son frère se cachait... Pendant ce temps là, il irait demander audience au près du roi pour essayer de régler les choses de manière diplomatique. Ce que son aîné n'avait jamais su faire lorsqu'il était directement concerné.

Ragnar attendit devant la grande porte où tout le monde se pressait pour apporter son soutient au souverain. Mais ce dernier les avait tous congédiés pour faire son deuil seul... Mais un garde vint attraper Ragnar par le bras.

_ Le souverain vous attends dans la cour... Lui chuchota-t-il.

Ragnar dégagea son bras mais avant qu'il n'ai eu le temps de comprendre, une marée humaine se dirigeait vers la cour... Ragnar regarda le garde avec mépris...
_ Vous ne savez pas être plus discret ? Lui lança-t-il.
_ Le roi vous attends à l'intérieur, mais il ne voulait de la compagnie de ces petites gens intéressés uniquement par les faveurs du roi. Maintenant ils ne sont plus là, veuillez entrer je vous prie. Rétorqua le soldat avec un air impérial.

Ragnar fût un peu surpris par le machiavélisme du stratagème mais néanmoins efficace. Les portes s'ouvrirent et Ragnar entra en s'inclinant respectueusement.

_ Où est on frère ? Demanda froidement le roi.
_ Je n'en ai aucune idée mon seigneur, en revanche permettez moi de vous demander la raison pour laquelle vous tenez à vous entretenir avec Dragan ?
_ Je voulais lui faire part de l'état de son patient et lui expliquer qu'il n'y était pour rien que ça serait arrivé un jour ou l'autre...
_ Très bien, je lui transmettrais quand je l'aurais retrouvé.

Ragnar se releva lentement et tourna les talons pour quitter la pièce. Mais Lomion l'interrompit :

_ Ah oui ! Encore une chose... La magie est quelque chose de peu courant ici, donc essayez avec votre frère d'être un peu plus discret. Je ne pourrait pas couvrir un deuxième accident comme celui d'hier...

Ragnar se figea, l'atmosphère devint soudain d'une lourdeur sans nom.

_ Bien... Votre majesté. Répondit-il en fixant les gardes qui attendaient se réaction.

Il sortit et l'air redevint respirable.

_ Sacré numéro celui-là... Dit un homme au roi en sortant de l'ombre depuis un coin de la pièce.
_ Et encore, t'as pas vu son frère... Répondit Lomion.


Evangéline avait demandé un coup de main à se sœur pour retrouver le jeune homme. Elles étaient sorties du château et traversaient les douves pour se diriger vers le forêt qui bordait la forteresse. Elles avançaient d'un pas assuré, cette foret n'avait pas de secret pour Marie qui adorait les animaux et qui le lui rendait bien.

_ Allez Luffy viens voir ta maman. S'écria gaiement Marie.

Un loup aussi haut qu'un cheval et au pelage bleu comme la nuit sorti avec autant d'entrain et d'énergie que la fille qui l’appelait, il lui sauta dessus. Il était comme fou et se glissa entre les jambes de la jeune fille pour la prendre sur son dos. Marie riait aux éclats et s'étala de tout son long sur le dos de la créature en lui caressant le flanc. Le loup vint doucement frotter sa tête contre Evangeline comme pour lui dire qu'elle lui avait manqué. Eva lui fit une ou deux grattouilles sur le front avant de reprendre leur route. Sa jeune sœur demanda à son compagnon de retrouver un intrus qui se serait caché récemment dans la foret.

Le loup d'un air contrarié regarda sa maîtresse comme pour lui demander si il était vraiment obligé de retrouver cette personne... Quelque chose semblait le contrarié, Marie trouva cela un peu étrange venant de sa part, Luffy avait déjà fait bien pire pour elle. Peux-être était-ce l'odeur que dégageait le jeune homme qui ne lui plaisait pas ? Marie insista, le regard suppliant empli d'une infinie tendresse. Mais le loup ne voulait pas, cette fois ce fût Eva qui insista en précisant qu'il s'agissait de quelqu'un de très important pour elle. Il baissa la tête en détournant le regard pour ne pas croiser les yeux de la jeune fille dont la créature savait qu'ils étaient remplis d'une infinie tristesse.

Il aboya faiblement pour donner son accord et sans même humer l'air, il se dirigea vers un coin beaucoup plus sombre de la forêt. Marie le remercia copieusement de papouilles et d'encouragements en tout genre, mais ça la dérangeait d'avoir dus insister autant... Elle n'était pas vraiment la maîtresse de Luffy, elle était plutôt son amie. La créature se décida à ouvrir la marche tandis qu'Evangéline le suivait au niveau de sa sœur en gardant une main sur la cuisse de l'animal. Ils passèrent un chemin beaucoup plus boisé, et l'air s'y fît extrêmement lourd... Une aura dangereuse planait dans les environs et tous eurent soudainement l'impression désagréable de n'être plus que du gibier... Luffy hésitant sortit ses crocs en guise d'avertissement et déposa Marie à côté de sa sœur pour être en mesure de les protéger, mais les jeunes filles ne se sentaient absolument pas en sécurité.

Après quelques mètres, le grand canidé n'osait plus avancer, il ne les emmènerait pas plus loin. Sa jeune maîtresse expliqua à Evangéline qu'il avait peur pour elles. Mais il n'y avait pas besoin d’expliquer quoi que se soit, ils sentaient tous cette présence qui allait et venait, cette présence dont l'aura irrégulière mettait mal à l'aise. Mais Evangéline n'avait pas peur, la sentait clairement tourner autour d'eux dans des mouvements incompréhensibles et dénués de bon sens. Mais elle ne ressentait pas d’agressivité qui en émanait, ou du moins il n'y en avait pas tout le temps. La créature semblait aussi troublée et apeurée qu'eux. Était-elle aussi oppressante pour protéger son territoire ? Marie s'était accrochée au bras de sa sœur et lui raconta qu'il y avait des créatures bien plus grosses dangereuses que Luffy dans cette forêt et qu'elles ne devaient pas rester ici... Mais Evangéline resta intriguée, pourquoi la créature n'avait-elle pas attaquée si elle était vraiment hostile ? La jeune femme se risqua à un coup de bluff.

_ Dragan, c'est toi ? Demanda-t-elle à voix haute avec une légère hésitation.
_ Co-comment tu m'as reconnue ? Dit une voix saccadée d'un air plus maladif que surpris. Comme si chaque mot lui était pénible.
_ J'avais déjà ressentit cette sensation quand je t'ai soigné hier, cette puissant écrasante et pourtant cette peur qui te ronge... Dit-elle un peu au hasard sans savoir d'où venait la voix du jeune homme. Il semblait continuer de se déplacer autour d'eux.
_ Allez vous en... Je peux pas refermer les verrous moi-même... Je ne sais pas combien de temps je vais …

Il y eu un gros blanc durant lequel il poussa des gémissements qu'il tentait de contenir en serrant les dents. Sa respiration se fît plus intense, si bien que tous pouvait l'entendre. Il ne bougeait plus et il tomba mollement d'un arbre, recroquevillé par la douleur, ses bras étaient difformes... Ses mains étaient épaisses et longues et ses doigts griffus, sa peau noircie jusqu'au dessus du coude s'était parsemée de quelques épaisses écailles plus nombreuses au niveau des mains.

Evangeline s'approcha lentement, laissant Marie derrière elle avec Luffy. Dragan tremblait comme une feuille et semblait lutter pour supporter la douleur. Il n'y avait plus que deux mètres qui les séparait. Il releva brusquement la tête, ce qui fit sursauter la jeune fille. Ses yeux bleus lui lançait un regard noir, comme pour la mettre au défi d'avancer encore. Elle regarda avec attention ces yeux qui la fixait et elle pu remarquer les halos rougeâtres apparaître par intermittence, elle compris que Dragan luttait pour garder la raison...

_ Va chercher mon frère. Lui dit-il soudain avec une froideur extrême.

Elle resta stoïque, presque pétrifiée devant le jeune homme.

_ Je t'en supplie... Reprit-il avec une larme coulant de son œil gauche.
_ Tiens le coup, on reviens vite. Lui répondit-elle avec assurance et compassion.

Dragan se senti envahit par une douce chaleur qui l’apaisa tandis que la jolie blonde grimpa avec sa sœur sur le dos du loup qui partit à une vitesse faramineuse.
_ Elle a fait une tresse aujourd'hui... Pensa le jeune homme se détendant peu à peu en se laissant submerger par la beauté des reflets d'or des cheveux d'Evangeline.

Il tiendrait le coup, il en était maintenant certain. Et c'était grâce à elle...


Dernière édition par Jackals le Lun 3 Sep - 7:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugai
Admin
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 22/07/2012
Age : 28
Localisation : derrière mon écran

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Ven 31 Aoû - 6:35

classe, j'aime beaucoup, je repasserais pour les fautes après mon entretien ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuffie

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 26

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Ven 31 Aoû - 17:13

J'aime beaucoup aussi ^^

Encore une suite ? *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangeline Aï Enma

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Ven 31 Aoû - 17:23

Evangeline et Marie...? t'es sérieu ? x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Ven 31 Aoû - 18:20

Yugai => merci <3

Yuffie => Oui y a une suite qui est déjà dans ma tête faut juste que je la formule et que je trouve le temps de l'écrire. x)

Eva => xD J'avais absolument pas fait le rapprochement, j'ai pris deux prénom que j'aimais beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangeline Aï Enma

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 27/07/2012

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Ven 31 Aoû - 18:21

j'ai eu un gros moment de wtf quand j'ai vu leur prénom xD j'me suis sentis un peu visé quand même x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exuperance
Admin
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 22/07/2012
Age : 28
Localisation : Chez Moi

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Dim 2 Sep - 16:03

Et la suite.... EUHHHHHHH!!!!!! T.T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictionslibres.forumactif.com
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Lun 3 Sep - 7:46

CHAPITRE 3 :
Le monde de l'esprit



Les deux jeunes filles montées sur Luffy parcoururent la forêt bien plus vite qu'à l'aller. Evangéline avait une lueur étrange dans le regard, si elle avait pu aller plus vite que la brave bête elle l'aurais fait. On lisait une détermination sans faille dans ses yeux. Quelqu'un avait besoin d'elle... Elle se sentait galvanisée d'énergie. Marie tentait de garder un œil sur sa sœur durant la course effrénée de son compagnon. Mais Luffy allait si vite que si elle ne se plaquait pas contre lui, le vent l'aurait désarçonnée. C'est ce qui était arrivé à Eva une fois et elle n'était plus jamais remontée...

_ On va devoir finir à pied ! Hurla Marie à sa sœur quand ils purent entrevoir les murailles du château à travers les arbres au loin.
_ Rapproche toi au maximum des douves ! Lui répondit sa sœur, mais le sifflement du vent était trop fort et le souffle puissant de Luffy masquèrent sa voix.

Devant le manque de réaction de sa sœur, la jeune fille répéta à poumons déployé sa demande. Cette fois Marie l'entendit et acquiesça d'un signe de tête. En quelques secondes ils arrivèrent au bord de profondes douves.

_ Attendez moi ici, reprit Evangéline une fois descendu de sa monture.

Elle s'approcha du bord et l'eau des douves s'éleva dans les air pour venir lui faire un chemin de marche jusque de l'autre coté des murailles.

_ Ça a marché ! Pensa-t-elle avec soulagement.

Elle posa un pied hésitant pour vérifier que l'eau supporterais bien son poids, non pas qu'elle soit grosse, mais sait-on jamais. Ce n'était que de l'eau après tout... Elle s'enfonça comme si elle marchait sur un matelas. Elle pris alors une inspiration profonde et souffla longuement sur les marches qui se glacèrent instantanément. Elle reposa le pied avec pécaution. Ça tenait, et ça tenait bien. Evangéline couru jusqu'au sommet de la muraille et décida de remodeler les dernière marche en un toboggan géant pour être plus rapide. Elle arriva dans une cour où elle savait qu'il n'y avait personne pour la voir. Elle connaissait parfaitement les horaires des patrouilles et il n'y avait jamais personne ici à ce moment de la journée.

Elle aperçut Ragnar à travers une fenêtre du château. Il sortait de la salle du trône. Elle couru vers le château et forma une boule d'eau qu'elle envoya s'écraser contre la fenêtre.

Un bruit étrange attira l'attention de Ragnar, quelque chose de visqueux s’était écrasé contre la fenêtre à côté de lui. De l'eau ? Pensa-t-il en voyant le liquide couler le long de la vitre. Il s'approcha et ouvrit la fenêtre pour mieux voir, la seule personne censée maîtriser l'eau ici était Evangéline. Lorsqu'il la vit courir avec ses frêle jambes, il ne pus s'empêcher d'avoir un petit sourire. Il sauta par la fenêtre... Du troisième étage... en chauffant le sol il créa de puissants courants d'air ascendant qui ralentirent légèrement sa chute. Il se réceptionna avec une roulade, et se rendit compte que ses côtes n'étaient pas totalement guéries... En se relevant il porta discrètement une main à ses côtes.

_ Tu l'as trouvé ? Lui demanda-t-il.
_ Il va mal... Il a besoin de toi pour... des verrous je crois. Ou quelque chose du genre je suis pas sûre d'avoir compris. Reprit-elle. Il m'a dit de venir te chercher le plus vite possible !
_ Ça va aller ne t'inquiète pas. Je suis là maintenant, ça va aller. Lui répondit-il pour la rassurer.
_ Suis moi, j'ai fais des escaliers d'eau. On va pouvoir rejoindre ma sœur de l'autre côté.

Mais lorsqu'elle se retourna, il n'y avait plus qu'une immense flaque d'eau. Elle était pas restée assez concentrée et l'eau n'avait pas gardé la forme désirée. La jeune fille se concentra et de la flaque en ressorti un escalier plus fin cette fois. Elle le gela a nouveau et il avancèrent prudemment l'un après l'autre... Arrivés en haut, la glace vint se reformer devant eux pour leur permettre de passer les douves.

Lorsque Ragnar vit le loup géant, il eu un mouvement de recul et son regard se durcit. Mais la bête qui jouait avec Marie ne lui accorda pas la moindre attention. Ragnar se senti presque vexé qu'un tel être ne le calcule même pas. Comme si il n'était pas dangereux. C'était frustrant pour le jeune homme...

_ Dragan est par là, allons-y. Dit Marie qui ouvrait la voie en jouant sur le dos de Luffy.

Elle s'était assise dans le cou du loup et avait passée ses jambes devant les épaules de la créature. Elle tenait ses oreilles et s'amusait à le conduire comme ça et à faire des zigzag entre les arbres. La créature se prêtait volontiers au jeu et essaya de mimer la démarche d'un cheval, sans grand succès malgré une allure majestueuse.

Ils arrivèrent à l’endroit un peu plus sombre d'où on commençait à sentir l'aura de Dragan.

_ Ah oui, il ne va pas bien du tout... Dit Ragnar lorsqu'il sentit la pression de l'air.

Ils accélérèrent le pas, le jeune homme sentait que son frère était tourmenté mais il avait un semblant de contrôle de la situation.

_ Dragan ! Sors de là, je sais que tu nous vois. Cria son jeune frère.
_ C'est trop dangereux... Lui répondit une voix comme un écho.
_ Bon ben je vais venir te chercher alors. Répondit simplement Ragnar. Ne vous inquiétez pas, on va juste un peu chahuter pour qu'il utilise un peu de pouvoir et se contrôle un peu mieux. Dit-il en s'adressant aux jeunes filles.
_ On va voir si t'as fait des progrès...

Ragnar posa une main au sol en fermant les yeux pour repérer son frère avec son pouvoir radar.

_ Tu crois vraiment que c'est en sautant que tu vas m'échapper ? Marmonna le jeune homme homme avec un petit rire comme pour féliciter l'ingéniosité du procédé.
_ Tu crois vraiment que j'ai besoin de sauter pour que tu ne me vois pas ? Répondit l'aîné.

Les filles poussèrent un cris de surprise et Ragnar ouvrit les yeux. Dragan était debout sur le dos du loup.

_ Tant que je ne touche pas directement le sol tu peux pas me voir n'est-ce pas ? Alors ne ferme pas les yeux quand tu fais du repérage. Lui dit-il.
_ T'as assez de contrôle pour... Lui répondit Ragnar mais s'arrêta lorsqu'il vu les bras de son frère transformés. Ah oui il était temps que j'arrive pour tes verrous... Dit Ragnar avec résolution. Avant que Dragan parte comme un éclair sur une branche.
_ Allez essaye de me suivre. Reprit l'aîné depuis sa branche.

Ragnar serra les dents et posa une main sur l'arbre. Les filles eurent un moment de panique lorsqu'elles crurent que le jeune homme allait mettre le feu à l'arbre pour déloger son frère. Mais quelle ne fut pas leur surprise lorsque l'arbre se recouvrit de glace. Dragan tomba de la branche glissante et alla s'écraser dans les bras de son frère. Mais au dernier moment, Ragnar fût paralysé, et son frère s'écrasa comme une merde devant son frère.

_ La glace conduit bien l’électricité, tu devrais le savoir. Lui Dragan en se relevant péniblement.

Il toucha son frère et la paralysie disparue.

_ J'ai plus envie de jouer fais ce que t'as à faire qu'on en finisse... Reprit-il en s'asseyant en tailleur.
_ T'es incorrigible... Et mauvais joueur en plus. Répondit son frère encore tendu par le coup de jus qu'il avait pris. Moi aussi j'aurais pus geler l'eau de ton corps.
_ Oui mais tu l'as pas fait. Tu gelais mes articulations et t'avais plus qu'a me cueillir et t'aurais gagné.
_ Combien de verrous ? Demanda vivement Ragnar pour changer de sujet en se plaçant face à son frère.
_ Comme tu le sent. De toute façon tu sais très bien que si je force ils sauteront...
_ De quoi vous parlez ? Demanda Evangéline perdue.
_ Tu peux lui expliquer Marie pendant que je fais ça ? Demanda le jeune homme se souvenant qu'il le lui avait expliqué la veille.
_ À la seule condition que tu m’expliques comment t'as transformé l'arbre en glace ! Affirma-t-elle avec le même air malicieux que d’accoutumé. T'était pas supposé être un maître du feu.
_ Ben justement, j'ai avalé la chaleur de l'arbre jusqu'à ce qu'il gèle l'eau qu'il y a dans l'air autour de lui et que ça fasse une couche de glace. Répondit-il avec simplicité.

La jeune fille resta stupéfaite, elle n'aurait jamais imaginé qu'il pouvait se servir ainsi de son pouvoir. Sa curiosité satisfaite, elle expliqua à sa sœur aînée le principe des verrous tandis que Ragnar posait une main sur le front de son frère. Utilisant son « radar », il sonda l’esprit de Dragan.


Il était venu plus d'une fois ici et à forces il connaissait ces couloirs sombres. Il y avait de nombreuses portes dont certaines étaient en trompe-l’œil avec le mur pour ne pas qu'on les voit ni qu'on les ouvrent. Dragan s'était trouvé des astuces pour ne plus ressasser le passer. En se disant que cela n'avait jamais exister, la porte devenait presque invisible. D'autres portes était encastrée n'importe comment dans le mur ou même sur les sols et plafonds parfois. C'était des choses qui n'était pas clair pour son aîné et qui était restées fragiles dans sa tête.

_ Ragnar ! Par ici ! Lui dit une voix familière au bout des couloirs.

Le jeune homme vint devant la plus grande salle qu'il y avait jamais trouvé. Dragan l'attendait accompagné d'une petite lueur dorée qu'on ne pouvait pas manquer dans l'obscurité ambiante.

_ Tien c'est nouveau ça ? Demanda Ragnar intrigué en désignant la lueur qui voletait gaiement autour de Dragan et qui se collait à lui.
_ M'en parle pas j'ai aucune idée de ce que c'est ni d'où ça viens. Reprit-il avec un air joyeux. Mais je l'aime bien, elle est chaleureuse et m'a aidé à consolider les chaînes pour pas que la créature prenne le dessus.
_ T'inquiètes je suis venus remettre des verrous. Tu te rappelles ?
_ J'en était sûr, tu viens que pour ça de toute façon. Tu viens jamais pour me voir... Répondit Dragan.
_ Quand t'arrêteras de mettre des portes n'importe où et n'importe comment je viendrais plus souvent. Répondit Ragnar en riant. Bon aller au boulot, la créature est bien calme ?
_ Ben notre petit jeu l'a fatiguée, mais je sais pas pour combien de temps...
_ Bon alors il faut faire vite. Repris le cadet avec assurance que tout se passerais bien.

Ils ouvrirent une porte gigantesque donnant sur une pièce immense où une créature ailée informe était attachée par cinq imposantes chaînes solidement ancrées dans le mur. Les maillons faisait une cinquantaine de centimètres de long chacun et au moins une vingtaine de centimètres d'épaisseur. La créature les regardait avec des yeux rouges brillant d'une évidente soif de sang et de liberté qui commença à s'agiter à la vue de Ragnar, elle savait que ça présence signifiait des chaînes en plus... La petite lueur vint alors voleté avec frénésie devant les yeux de la bête qui intriguée la suivit du regard. On aurait dit qu'elle se faisait réprimander parce qu'elle baissa la tête.

_ Vraiment étrange cette petite chose. Reprit Ragnar en suivant la petit boule de lumière du regard jusqu'à se qu'elle vienne se coller à la joue de Dragan. Bon aller vu que t'as encore grandit, t'as le droit à quatre chaînes. Et si tu te laisse faire je te le serre pas trop pour pas que t'ai mal et je t'en met pas à la gorge, ça te vas ?

La créature resta stoïque.

_ Bien ! Commençons... Dragan, les chaînes.

Le jeune homme fît apparaître quatre chaînes identiques aux autres que son jeune frère pris sur l'épaule. Dans cette univers, seule la volonté était importante pour accomplir tout ce qu'on voulait. Ragnar portait ces maillons d'une main comme des bouts de ficelles tant il voulait aider son frère.

Il s'approcha de la créature, posa une main sur le mur et quatre trous profonds comme quatre maillons de la chaîne s'ouvrirent. Ragnar y plongea une chaîne dans chaque trou et le mur se referma dessus. Le jeune homme monta sur la créature qui sembla montrer des signes de rébellion, mais le corps de Ragnar s'embrasa comme pour l'en dissuader. La créature était immense et bien qu'il ai peur d'elle, le jeune maître des flammes savait qu'il aurait le dessus tant qu'elle serait enchaînée, enfin il l'espérait...

Il y avait sept chaînes à la base pour contenir la créature. Une pour chacun des quatre membres, une pour chaque aile et une pour la queue. Mais la créature en avait fait céder deux, celle des membres supérieurs. Ragnar les remplaça et rajouta les deux chaînes qui lui restait pour renforcer les liens au poignets. Une fois qu'il eu terminé, il descendit et regarda la créature droit dans les yeux avec plein de compassion. Cette créature était les pouvoirs, la puissance de Dragan. Et elle se nourrissait de toute sa rage, sa douleur et sa tristesse. Le jeune homme avait toujours eu de la piter pour cette créature qui soulageait son frère, mais le tuerais à petit feu...

Ragnar allait partir, mais la petite lueur qui l'intriguait s'approcha avec hésitation de la bête. Il la regarda attentivement. Elle s'approchait de sa tête. Elle n'a pas froid au yeux celle-là pensa Ragnar. Puis lorsqu'elle fût à une dizaine de centimètres de la tête de la créature. La petite lueur lui toucha le bout de ce qui ressemblait à un nez et se précipita derrière Dragan comme si elle était gênée... La créature semblait désorientée et n'avait pas l'air de comprendre ce geste. Mais elle s'apaisa et s’endormit dans un bruit rauque et étrangement … Rassurant. Ragnar eu un petit sourire lorsqu'il essaya de comparer ce bruit à un ronronnement. Il fit un signe de la main à son frère et dans une lumière éblouissante il revint à la réalité.


Le jeune homme se releva tandis que Marie finissait d'expliquer à Evangéline le principes des verrous.

_ Fini ! Dit-il.
_ Déjà ? S'étonnèrent les filles.
_ Dans le monde de l'esprit, le temps ne s'écoule pas de la même façon. Et j'ai eu un étrange coup de main donc ça a été encore plus vite que d'habitude.

Dragan regarda ses mains, des chaînes blanches comme sa vraie peau étaient apparue et absorbèrent le noir de la peau et détachèrent les écaille dans une petite lueur doré.

_ Dommage, je commençais à m'y habituer. Dit-il sans qu'on puisse deviner s'il était sérieux ou non. Par contre c'est nouveau la lumière, ça viens de sortir ?
_ À toi de me dire. Lui répondit son frère avec un clin d’œil tandis qu'Evangéline lui avait pratiquement sauté dessus et pris les mains pour assister au spectacle émerveillée.

Dragan regarda son frère tandis que Marie et son loup s'étaient faufilés derrière Ragnar. Elle s'agrippa au cou du jeune homme, toujours à cheval sur Luffy.

_ Ils sont beaux les deux là tu ne trouve pas ? Lui susurra-t-elle à l'oreille.

Ragnar ne répondit pas, il appréciait juste ce moment en regardant son frère. Il passa une main sur le bras de Marie et lui dit qu'il avait encore mal aux côtes et qu'elle était assez lourde. La jeune fille se retira vivement, vexée.

_ C'était pour le coup du brin de toilette que tu m'as fait et qui t'avais déçu. Lui dit-il sans se retourner et avec un large sourire.
_ J'ai pas fait ta toilette. Rétorqua-t-elle vivement.
_ Et t'es pas lourde non plus. Mais j'avais envie de me venger. Répondit-il avec un air amusé.
_ Ben moi aussi je me vengerais ! Répondit-elle avec malice.
_ J'attends ça avec impatience ! Se murmura Ragnar à lui même en se délectant de ce moment.

Evangéline inspectait toujours les mains de Dragan. Lassé et mal à l'aise, il se leva et proposa d'aller se détendre un peu, avec toutes ces émotions, ils méritaient bien de souffler un peu. Marie et Evangéline connaissaient une clairière où il y avait une cascade. Tous suivirent Luffy qui les guida, mais maintenant que la puissance de Dragan avait été scellée, il ne pouvait plus se déplacer aussi facilement qu'il le voulait. Il était épuisé physiquement et ses douleurs le reprenait de temps en temps.
_ C'est rien, juste quelques picotements. Disait-il.

Ce qui ne manquait pas d'énerver Evangéline. Ils posèrent le « mourant » sur le dos de Luffy qui rechignait à le transporter mais qui devant l'instance des filles avait une fois encore cédé.

_ Elles rigolent pas hein ? Dit Ragnar en s'adressant au loup qui répondit par une espèce de ricanement.
_ On vous entends ! Répondirent-elles d'une même voix tandis qu'elles ouvraient toutes deux la voie.
_ Vous allez être privé de dîner. Ricana Dragan en s'adressant à son frère et au loup.
_ C'est toi qui va être privé de dîner si tu arrêtes pas tes imbécilités.
_ J'aimerais bien voir ça. Répondit-il entre ses dents avec un petit sourire de défi.
_ Pardon !? S'écria Evangéline en se retournant pour lui faire face. Ce qui ne manqua pas de faire reculer Ragnar d'un pas à cause de la surprise et qui fit se coucher le loup qui cacha sa tête entre ses pattes avant.
_ Hein ? Non mais je voulais dire... Argh oh, que je souffre … Répondit Dragan pour se rattraper.
_ J’espère bien... Reprit Eva l'air sévère avant de rejoindre sa sœur à la tête du groupe, la démarche satisfaite.
_ Bande de lâches ! Marmonna Dragan à son frère et à Luffy.
_ Eh mais j'ai faim moi ! Lui rétorqua Ragnar suivit par le grognement approbateur du loup. Si t'as pas envie de manger, c'est ton problème.

Ils arrivèrent à la clairière, elle était d'un vert pomme à couper le souffle, les herbes volaient légèrement au vent. L'eau s’écoulait d'une haute cascade, pour chuter dans un petit lac, à la base de la chute, on pouvait voir quelques rochers. Dragan pensa que se serait un excellent endroit pour méditer et s’entraîner sous cette chute. Et le fit remarquer.

_ Comment tuer le romantisme d'un endroit aussi beau... Répondit Evangéline dépitée

Le romantisme... Une valeur que les deux frères avaient oubliés depuis longtemps. Leur passé ne leur avait pas permis de penser à ce genre de futilités... Survivre et devenir les meilleurs était tout ce qui comptait il y a peu encore. Leur dernier vrai combat datait de deux jours, juste avant qu'ils arrivent dans ce monde.
_ C'est vrai que c'est un bel endroit et que la violence n'as rien n'a y faire. Mais c'est dans de tel endroit qu'on se ressource le mieux lorsque l'on médite. Reprit Dragan qui descendit du dos de Luffy comme si la beauté du lieu lui avait rendue la santé. Il se sentait aussi léger qu'une plume et s'écrasa mollement au sol...

_ T'es incorrigible. Reprit Evangéline qui lui tendit la main avec compassion.
_ J'ai l'habitude de me débrouiller seul. Dit-il en se relevant sans prendre sa main.
_ T'es pas entrain d’essayer survivre là... T'es là pour vivre... Profiter de la vie, du paysage, de la compagnie de tes amis...

Il y eu un grand vide durant lequel aucun des frères ne bougea. Un étrange malaise s’installa...
_ J'ai-J'ai dis quelque chose de mal ? Reprit Evangéline avec hésitation.
_ C'est juste que... Ça fait longtemps qu'on a pas eu « d'amis »... La plus part nous ont vendus...
_ Et la dernière est morte par ma faute. Reprit sèchement Dragan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackals

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 27
Localisation : sous un petit nuage de pluie

MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   Dim 23 Sep - 9:00

CHAPITRE 4 :
L'amour.


L'atmosphère était maintenant insupportable... Dragan chancelant avançait seul vers la cascade. Tous le regardait, la peine, la douleur et le poids de la culpabilité qui pesait sur ses épaules étaient visibles dans sa démarche. Le jeune homme alla s'installer à l'écart derrière un arbre près de la chute. Les filles se tournèrent vers Ragnar qui se sentit immédiatement oppressé.

_ Ah non, si il veux vous raconter sa vie il le fera lui même ! Je suis pas un compteur d'histoire. Se justifia-t-il immédiatement.
_ Nous avons les moyen de vous faire parler... Dit Marie en s'approchant lentement de lui avec un regard dont le jeune homme ne pu comprendre la signification. Il y avait évidement de la malice mais aussi quelque chose qui pénétrait Ragnar jusqu'au plus profond de lui... Un regard envoûtant et troublant... Ça faisait si longtemps qu'il n'avait pas ressentit ça qu'il ne savait même pas dire si il l'avait vraiment ressentit.
_ Alors t'es sûr que tu ne veux rien dire ? Reprit-elle avec une voix mielleuse en se collant contre son torse. Le temps s'écoulait trop vite, Ragnar ne l'avait même pas vu s'approcher. Son esprit s’affolait. L'index de la jeune fille se baladait sur son torse d'un air joueur et timide à la fois.

Il réfléchissait de plus en plus vite mais ne bougeait pas, qu'est-ce qui se passait ? Il ne comprenait pas, il avait peur mais il ne pouvait pas utiliser ses pouvoirs contre elle. Elle était si belle, si douce, ses cheveux si soyeux. Il avait envie de les caresser...

_ T'es cruel avec moi... Je suis trop jeune c'est ça ? Ou alors je suis pas ton type de femme... Reprit-elle avec un air déçue.

Ragnar ne bougeait toujours pas, il réfléchissait toujours plus vite. Que faire pour que se moment ne s'arrête jamais ?

_ Je crois que tu l'as fait bugger... Fit remarquer Evangéline. Ça fait cinq minutes qu'il a pas bougé...

Marie se décolla de lui.

_ Ça... Ça marche pas ça avec moi. Répondit Ragnar en déglutissant avec difficulté.

Les jeune femmes éclatèrent de rire.

_ C'est trop mignon ! Il est tout rouge ! Reprit Marie. Allez t'as le droit à un bonus. Ajouta-t-elle en se mettant sur la pointe des pieds pour l'embrasser sur la joue sans y parvenir.
_ Tu veux un tabouret ? Ricana le jeune homme moqueur.
_ Haha très drôle ! Lui répondit-elle contrariée. Elle attrapâ le col du jeune homme et le tira vers le bas et l'avant, ce qui eu pour effet de plier le jeune homme déséquilibré à sa hauteur et lui déposa un baisé sur la joue avant de le relâcher. Et toc ! Sans tabouret ! Se moqua-t-elle.
_ Je m'en fout, j'ai eu un bisou… Marmonna le jeune homme.
_ Pardon ?
_ Non rien. Répondit-t-il avec un air angélique.

Marie le regarda d'un air septique et continuèrent de se taquiner. Evangéline s'était éclipsée pour aller voir Dragan, laissant les deux jeunes se chamailler. L'aîné des frères n'avait pas bougé de son arbre, la jeune femme s'approcha.
Il fermait les yeux et semblait endormi, il était assit dos contre le tronc. Elle s'agenouilla devant lui et le fixa longuement et pris ses mains pour le tenir. Le jeune homme ouvrit des yeux humide aux bords des larmes.

_ C'est fini maintenant... Je suis là.. Lui murmura-t-elle en le prenant dans ses bras.

Il se laissa faire, comme une poupée de chiffon. Ses cheveux mi-long noirs tombant en mèches devant son visage. Une étrange chaleur envahit le jeune homme et fit couler ses larmes. Il pris la jeune femme dans ses bras et pleura à chaudes larmes durant de longues minutes.
_ Ça va aller... Regarde comme il fait beau, écoute l'eau couler, sent l'odeur de l'herbe fraîche. Il n'y a pas de malheur ici, alors profite de l'instant présent. Lui dit-elle tendrement.
_ C'est quoi le boucan qu'ils font là-bas ? Demanda Dragan en se tournant pour voir Marie et son frère se chamailler. Elle était sur son dos et Ragnar faisait semblant de se débattre.
_ Ils ont l'air de bien s'amuser. Dit Evangéline en posant sa tête sur l'épaule du jeune homme. Et je crois que c'est Marie qui gagne. Ajouta-t-elle en riant.
_ Ça va finir dans l'eau cette histoire... Fît remarquer Dragan. Regarde, il fait semblant de tituber vers l'eau et il va se jeter avec elle dedans.
_ Tu crois ?

Les deux jeunes tombèrent à l'eau en riant et en continuant de s'éclabousser.

_ Et voilà ! Qu'est-ce que je t'avais dit ? Reprit le jeune homme avec un petit sourire.
_ Mais comment t'as deviné ce qu'il allait faire ? Répondit-elle en riant aux éclats.
_ C'est mon frère et puis j'aurais fait la même chose à sa place. Enfin si je n'avait pas été blessé... Dit-il avec un sourire gêné.

Elle se colla un peu plus à lui :

_ Bientôt tu pourras... Lui chuchota-t-elle tendrement à l'oreille.

Ragnar et Marie s'arrêtèrent soudain et regardèrent vers leur frère et sœur respectifs. Les voyant collés l'un à l'autre, ils leur firent de grands signes approbateurs qui les fit rires. Mais Dragan se leva sans raison apparente et commença à marcher vers la cascade. Il n'avait ressentit ce bonheur et bien-être qu'une seule fois... Et il s'était juré que ce serait la dernière.. Dans sa démarche, Evangeline senti une immense peine...

_ Qu'est-ce qui vous est arrivé pour que tu soit devenue comme ça, Dragan ? Demanda-t-elle au bord des larmes.

Le jeune homme s'arrêta un bref instant avant de répondre froidement :

_ Qu'est-ce que le prince t'as fait pour que tu soit devenue comme ça, Evangéline ?

Il y eu un long silence durant lequel le jeune homme reprit sa route, et la jeune fille après quelques instants partie en courant dans la forêt. Dragan écoutait ses pas et pouvais même entendre ses larmes. Il s'en voudrait pour longtemps de lui avoir fait ça. Mais il ne se tourna pas vers elle, Luffy avait suivit la jeune fille, il n'avait pas à s'inquiéter...

Ragnar et Marie sortirent de l'eau et se précipitèrent à la poursuite de la jeune femme. Ragnar lançant un bref regard noir à son frère qui s'installait en tailleur sous la chute d'eau pour en recevoir l'eau sur les épaule et la tête.

Evangéline courait aussi vite et loin qu'elle le pu, ses jambes ne sentaient même plus le sol. Mais elle fût rattrapée par le majestueux loup qui la suivait en restant à quelques que mètre derrière elle. Finalement elle s'arrêta et regarda Luffy qui s'assit en restant toujours à la même distance, comme pour lui laisser un peu de solitude pour évacuer. La jeune fille se laissa tomber sur ses jambes en le regardant, il avait un regard brillant de compassion et elle croyait même y voir une larme perler au coin de l'un de ses yeux. Elle tendit les bras et la créature se leva et vint s'installer contre elle. Elle le pris dans ses bras et fondit en sanglots dans le cou de la créature.

_ Pourquoi il est aussi méchant ? Il comprends pas que je m'inquiète pour lui ? Pleura-t-elle dans la fourrure bleutée de Luffy. Il a vraiment aucun cœur, je pensais que même si il était différent il aurait un cœur... Mais non bien sûr faut toujours que je tombe amoureuse de monstres...

Des bras fins vinrent s'enrouler autour d'elle, Marie été arrivée et la serrait contre elle et Luffy.

_ C'est pas un monstre... C'est juste qu'il sait pas toujours comment s'y prendre... Il souffre beaucoup pour tout un tas de choses et peux-être qu'il veux pas que tu t'inquiètes pour lui... Répondit Ragnar en s'approchant.
_ Mais c'est complètement con comme façon de penser !!! S'écria Marie.
_ Les hommes ne sont pas toujours intelligents... Répondit le jeune homme en détournant les yeux.
_ Mais il ne s'est même pas retourné quand elle est partie en pleurant !
_ C'est parce qu'il aurait pas supporter de la voir dans cet état... Celui qui ne sait pas souffrir ne sais pas aimer... Il a un grand cœur et il t'aime, sinon il ne souffrirait pas autant. Mais je pense qu'il ne l'a pas encore réalisé... Répondit Ragnar en posant un main chaude et apaisante sur la tête de la jeune fille.

Evangéline lâcha le cou de Luffy qui lui lécha le visage et se releva.

_ Alors je lui en ferais prendre conscience... Dit-elle avec conviction.
_ Fraudais savoir... Un coup tu l'aime, l'autre coup tu le déteste et maintenant tu l'aime à nouveau ? Lui répondit Marie.
_ Il n'y a rien qui ressemble plus à l'amour que la haine. Lui dit Ragnar. Quand l'amour vous fait trop souffrir, il est beaucoup plus simple de détester la personne...
_ Je dois aller lui parler... Reprit Evangéline en montant sur le dos de Luffy.


Ça faisait maintenant un quart d'heure qu'ils étaient tous partis et que Dragan supportait le poids de l'eau qui s'abattait sur ses épaules. Ses « verrous » étaient devenus bien plus puissant et bridaient réellement sa puissance. Il se sentait faible... Comme à cette funeste époque... Ce souvenir le pris au corps et semblant lui broyer les tripes, mais il ne bougeât pas. La douleur semblait se répandre sur sa peau... Mais il ne bougeât toujours pas. La concentration ultime était de rester insensible à tout ce qui venait de l'extérieur, même si ça lui semblait l'étouffer et lui remplir les poumons. Ses oreilles bourdonnaient, il n'entendait plus que des bruits sourds. Soudain quelque chose sembla lui attraper le bras. Était-ce l'un de ses vieux démons qui essayaient souvent de l'attirer vers les profondeurs des abîmes lorsqu'il méditait ? Non, cette main le tirait vers le haut. Avait-il atteins le summum de son art et son esprit s'élevait-il au dessus de tout ? La douleur s'écoula sur son corps comme si.. on le sortait de l'eau...

Il ouvrit les yeux, il était allongé sur l'herbe et Evangéline pleurait à côté de lui en s’apprêtant à lui faire le bouche à bouche. Elle était trempée jusqu'au os et ses vêtements lui collaient à la peau.

_ Je suis vivant... Dit-il l'air blasé...
_ Pourquoi t'as essayé de te tuer ?! Lui hurla Evangéline entre la joie et la colère.
_ J'ai pas essayé de me tuer ! Je méditais... Et j'ai du tomber dans l'eau sans m'en rendre compte... Rétorqua-t-il avec une pointe de honte.

Il y eu un silence... Puis la jeune fille éclata de rire en se jetant au cou du jeune homme qui s'était rassit. Des larmes coulant toujours sur les joues de la jeune fille. Dragan d'un mouvement hésitant la pris dans ses bras avec une extrême délicatesse, ses doigts effleurant à peine Evangéline à travers le mince tissu humide.

_ Alors comme ça vous avez décidés de vous baigner sans nous ? Demanda Ragnar en sachant très bien qu'il faisait fausse route.
_ C'est exactement ça, on en avait marre de jouer les baby-sisters donc dés qu'on a eu deux seconde de libre on en a profité. Lui répondit Dragan avec humour tandis qu'Evangéline se décollait de lui avec gêne.
_ Mais arrête de dire n'importe quoi !! Repris-t-elle comme pour laver son honneur. On est juste tombé à l'eau c'est tout... Ajouta-t-elle avec moins d'enthousiasme.
_ C'est vrai, elle m'a sauté dessus dés qu'elle m'a vu et on est tombés. Dit Dragan en haussant les épaules. Ah les femmes...

Ragnar et Marie éclatèrent de rire, mais l'heure avançait et ils devraient bientôt rentrer au château. Ils se mirent tous en marche, décidés à aller de l'avant tous ensemble. Dragan reprit place sur le dos de Luffy sur les instructions d'Evangéline pour laisser le temps au jeune comique de cicatriser correctement.
Tandis que les filles discutaient entres elles, Dragan scrutait la forêt du regard avec attention.

_ Toi aussi tu l'as sentis ? Lui demanda discrètement son frère qui avait remarqué l'agitation de son aîné.
_ Tu me rassure, ça veux dire que je suis pas fou. Si mon instinct est bon, on cours aucun risque. Elle ne nous a pas remarqué.
_ Mais tu la guette quand même...
_ Mais je la guette quand même. Lui répondit Dragan.

Ils continuèrent leur route et en quelques secondes la présence disparue. Arrivés à la l’orée de la forêt Luffy les laissa à contre cœur, mais il ne pouvait pas venir avec eux au château. Ils finirent le chemin à pied. Une fois devant la porte, un carrosse aux couleurs brunes, ambres et aux finitions rouges passa devant eux. Dragan senti la même présence que toute à l'heure, mais les autres qui l'accompagnaient étés beaucoup moins dociles... Les gardes la laissèrent passer et se mirent à chuchoter lorsque Ragnar et son frère s'approchèrent avec les servante pour rentrer. Les gardes les interpellèrent et une escouades les escorta jusqu'au roi qui cherchait activement Dragan.

Arrivés devant la porte de la salle d’audience les gardes les annoncèrent et les portes s'ouvrirent. Il y avait un homme étrangement vêtu aux allures impériales et à la posture affirmé. Il avait une espèce de long peignoir noir aux manches trop longues et un pantalon assortie dont le tissu faisait sur les jambes des accordéons verticaux. Une jeune fille l'accompagnait, elle avait de long cheveux argentés et portait un kimono mauve à fleur avec une large ceinture rose pâle à la taille qui sublimait ses courbes. Dragan en serait resté bouche-bée si il n'y avait pas eu les cinq hommes qui les entouraient. Ils étaient vêtus de la même manière que le premier mais beaucoup plus simples et ajustés. Et surtout il avait tous des larges chapeaux de paille circulaires qui masquaient une partie de leurs visages. C'était leur garde rapprochée, ils avaient d'étranges armes à la ceintures, de longs bâtons vernis avec une garde et un manche Et ils gardaient tous une main sur leurs armes et étaient étrangement stoïques, ils étaient extrêmement entraînés et disciplinés.

Dragan s'avança tandis que tous le regardait, suivit de toute la troupe. Le jeune homme posa un genoux à terre et inclina légèrement la tête sans quitter Lomion des yeux.

_ Vous m'avez demandé monseigneur ? Demanda-t-il avec respect.
_ C'est une histoire que je préférerais taire devant nos invités... Répondit le roi en leur faisant signe de se relever. Voici l'Empereur Sakuraba, il viens d'un lointain pays de l'Est pour une alliance contre un peuple nordique qui nous pose quelques soucis... Ce sont de redoutables guerriers incorruptibles qui ne vivent que pour l'honneur.
_ Assez d'éloge, votre peuple également est très réputé dans toutes les contrées que nous avons traversé. Mais ce n'est pas ce genre flatterie qui me donnera la certitude de votre loyauté... Vous savez ce que je veux et vous savez également à quel point je suis inflexible. Reprit l’empereur d'un ton neutre est sûr de lui.
_ Nous en rediscuterons si vous le voulez bien. Mes hommes vont vous conduire à vos appartements le temps que nous trouvions un accord.
_ Qu'il en soit ainsi, mais je ne vous laisserais pas le choix éternellement. Répondit-il tandis que sa garde se décrispa légèrement.

Une escorte de soldat les conduisit hors de la salle et les porte se refermèrent. Dragan avaient suivit des yeux les hommes armés et avait cru croiser le regard vide de la jeune fille qu'ils accompagnaient.

_ Votre majesté ? Reprit le jeune homme.
_ Le prince est mort... Lui dit le roi en se levant et en tournant le dos à son interlocuteur.
_ J'en suis désolé. J'ai fait ce que j'ai pu, j'ai utilisé des techniques que je m’efforçais de ne plus utiliser, j'ai détruit la chambre dans laquelle vous m'avez permis de me reposer, j'ai blessé mon frère et tué votre fils... Je doute que vous ayez eu pire hôte. Mais je suis prêt à payer mes fautes si tel est votre désire...
_ Je sais à quel point ça t'as coûté de me venir en aide. Et j'en suis désolé, aucun des mes hôtes n'aurait fait de tels sacrifices. Je te remercie d'avoir mis un terme aux souffrances de mon fils. Mais j'ai besoin d'un nouveau prince maintenant. Et inutile de vous dire que les concubines ne sont pas ma tasse de thé.

Le roi marquât un temps d'arrêt.

_ En revanche ton frère et toi êtes de grands guerriers et vous avez toutes les qualités pour faire d'excellent rois. Reprit-il.

Tous furent stupéfaits.

_ J'ai confiance en vous et je sais que vous saurez conduire mes troupes. Enfin, vos troupes, au combat. Ajouta Lomion en se tournant vers eux.
_ C'est un honneur... Mais dans ce cas là vous pourriez m'expliquer les conditions de l'alliance avec l'Empereur Sakuraba. Reprit Dragan avec méfiance.
_ Une autre fois peux-être, tout ce que je peux dire c'est que j'aurais besoin de deux grands princes pour conduire ce royaume vers son glorieux futur. Annonça Lomion comme pour galvaniser des troupes.
_ Très bien, mais comment doit s'adressait un prince à son père adoptif ? Demanda Ragnar.
_ Comme il le désire, après tout nous sommes maintenant de la même famille. Répondit Lomion satisfait. Juste... évitez d'être trop familier lorsqu'il y a du monde ou des personnalités importantes.
_ Donc comme nous sommes seuls, je peux être familier ? Lui demanda Dragan.
_ Mais oui mon fils.

Dragan s'approcha du roi et le pris dans ses bras.

_ Merci d'offrir un toit à mon frère... Lui dit-il avec reconnaissance.

Le roi un peu surprit le pris dans ses bras.

_ On va vous indiquer vos nouveaux appartements et vous attribuer une garde personnelle ainsi que quelques servantes pour vos besoins quotidiens.
_ On a pas besoin de tant... Commença Ragnar mais Marie lui mis un coup de coude dans les côtes encore fragiles du jeune homme qui manquât de tomber à genoux.
_ Oh mon dieux ! Ses blessures se sont encore ouvertes ! Je l'emmène vite se reposer dans ses appartement votre majesté. Je prendrais bien soin de lui jusqu'à ce qu'il soit complètement rétablit. S'écria Marie en aidant le jeune homme à tenir debout. Allez viens je sais où sont tes appartements. Dit-elle à son patient qui serrait les dents.
_ Bon et bien … Votre altesse Dragan, veuillez me suivre jusqu'à vos appartements, ils sont proche de ceux de votre frère. Dit Evangéline en s'inclinant. Vous aussi avez besoin de soins personnels.
_ Je te suis. Répondit-il, presque en se traînant jusqu'à elle en faisant un signe de reconnaissance au roi.

Ils marchèrent longtemps accompagnés de cinq soldats qui semblaient prendre leurs rôles très au sérieux.

_ Détendez vous, quand on est entre nous vous n'avez pas besoin d'être aussi strict. Leur dit Dragan.
_ Mais .. Vous êtes un prince ! Dit l'un des soldats avec hésitation.
_ Je suis avant tout un homme. Et je m'appelle Dragan. Et vous ? Demanda-t-il en tendant la main à son interlocuteur.
_ Jarod, monseigneur ! Ravis de faire partie de votre garde personnelle ! Répondit-il avec enthousiasme en lui serrant la main.

Les poignées de mains s'enchaînèrent et ils firent un peu connaissance le temps d'aller jusqu'à ses appartements où ils restèrent à la porte tandis qu'Evangéline changeait les bandages du jeune homme.


Ragnar avait fait comme son frère, il avait sympathisé avec sa garde mais lui avait clairement fait comprendre qu'ils allaient se faire chier car il n'aimait pas être surveillé constamment et surtout qu'il savait se défendre. Mais les gardes avaient insistés pour rester tant qu'il ne serait pas complètement rétablit. Et il avait cédé, Marie et lui s'étaient enfermé dans la chambre.

_ T'était pas obligée de me péter les côtes ! Je me serais débrouillé pour te voir régulièrement ! Lui hurla presque le jeune homme tandis qu'elle s'occupait de lui remettre les côtes en place.
_ T'es qu'un muflle ! De belles paroles... C'est tout ce dont vous êtes capables les mecs. Mais c'est pas ça que je cherche... Lui répondit-elle.
_ Bah oui c'est tellement plus simple de me casser les côtes...
_ T'as qu'à pas être aussi fragile ! Je pensais que t'était plus solide... Ajouta-t-elle attristée.
_ Et comment j'aurais fait pour te voir ? Rétorqua le jeune homme avec malice.
_ …
_ C'est moi qui me suis cassé les côtes, quand j'ai sentis ton coude je me suis plié suffisamment vite pour forcer dessus jusqu'à ce qu'elles cassent, elles étaient déjà fragiles c'était pas dur. Reprit-il avec un large sourire.
_ Non...
_ Si ! Reprit-il en éclatant de rire un bref instant avant que l'effort ne le fasse atrocement souffrir.
_ Espèce de salop ! Tu comptais me faire marcher combien de temps ? Lui dit-elle en éclatant de rire à son tour.
_ Tu vas te venger ? Demanda-t-il inquiet et transpirant.
_ Non je crois que t'as assez dégusté déjà. Lui dit-elle tendrement en se couchant contre lui tandis qu'il s'endormait pour récupérer.


Dragan s'allongea dans son lit une fois ses bandages propres, il était grand et luxueux. Rien à voir avec son précédent lit ou celui dans lequel il avait bordé Evangéline la veille. Il s'apprêtait à lui proposer de l'essayer mais six servantes de son âge pénétrèrent dans la pièce.

_ Comment allez vous maître ? Dit une première.
_ Le roi nous as dit que vous étiez grièvement blessé ! Ajouta une autre.
_ Que pouvons nous faire pour vous ? Demanda l'air inquiète une troisième.
_ Puis-je voir ? J'ai fait beaucoup de soin pendant un moment quand les soldats sont revenus des contrées du nord. Ajouta une quatrième.

Dragan était harcelé et commençait à se sentir mal, il n'avait vraiment pas l'habitude d'être aussi demandé.

_ Mais c'est mon frère qui souffre ! Moi ça ira tant que je bouge pas et qu'on m'agresse pas ! Reprit-il.
_ Mais... c'est votre frère qui a envoyé la moité d'entre nous... Dire-t-elles un peu gênées. Il nous a dit qu'un nouveau prince très beau et très gentil avait besoin qu'on s'occupe de lui.
_ Ça va aller les filles... Répondit-il dépité. Si j'ai besoin de quelque chose je vous le ferez savoir, promis...

Les servantes se calmèrent un peu, rassurées. Dragan chercha Evangéline des yeux mais elle avait disparue.

_ Bon les filles, je veux juste que vous ne soyez pas tout le temps derrière moi. Prenez du temps pour vous. Par contre là je vais me reposer, donc je ne veux personne dans la chambre et on ne me réveille sous aucun prétexte.
_ Même pas pour manger ? Demanda une petite voix timide cachée derrière les autres.
_ Même pas pour manger. Si j'ai faim je me réveillerais ne t'en fait pas. Répondit Dragan en voyant que celle qui avait posée la question était une petite fille d'une dizaine d'année aux cheveux rougeoyant cachés sous un foulard. Dragan se dit qu'elle ne devait pas être la seule servante aussi jeune. Et lui demanda d'approcher.

Mais une servante bien plus grande se mit devant elle en baissant la tête comme si elle allait se sacrifier pour la jeune fille :

_ Je... Je peux la remplacer si vous le désirez.... Elle déglutie, le visage crispé.

Le jeune homme les fit toutes sortir sauf cette dernière, intrigué.

_ Tu veux prendre sa place pour quoi ? Lui demanda Dragan d'une voix vide d'émotion.
_ Pour … Tout ce que vous voulez... Répondit-elle au bord des larmes.

Il la fit s'approcher et lui demanda de s'asseoir sur le bord du lit. Elle s'exécuta lentement et à contre cœur :

_ Je ne suis pas le précédent prince. Je sais pas ce qu'il vous a fait ni à combien de filles il l'a fait, mais il est mort et j'ai aucune intention de prendre la relève de ses pratiques. Reprit Dragan qui pensait avoir compris ce que le prince avait fait à Evangéline. C'était une bonne chose qu'il soit mort se surprit-il à penser.

La jeune servante se redressa et le regarda avec des yeux ronds, elle ne comprenait pas la tournure que prenait la situation.

_ Je voulais juste rassurer ta sœur. Parce que je suppose que c'est ta sœur non ?
_ Oui seigneur, mais comment l'avez vous deviné ?
_ Vous avez toutes les deux honte d'être rousses et on ne fait pas ce genre de sacrifice pour quelqu'un d'autre que sa famille. Lui dit-il en retirant le foulard que la jeune servante portait également pour cacher ses cheveux qui tombèrent en de longues anglaises. C'est une très jolie couleur le roux flamboyant. Reprit-il avec un large sourire. Et je ne laisserais plus jamais personne faire de mal à mes serviteurs... Sauf si vous le méritez. Ajouta-t-il avec un clin d’œil.

La jeune fille était submergée par l'émotion et les larmes lui virent aux yeux. Elle manqua de se jeter sur le jeune homme, mais elle se rappela qu'il était prince et s'arrêta dans sa lancée. Il lui caressa la tête comme à une enfant et lui rappela qu'il avait besoin de repos et lui demanda de sortir.

_ Si vous avez besoin de quoi que se soit, je serais derrière la porte. J'attendrais... Lui dit-elle avec affection et tendresse.

Elle ouvrit la porte et Dragan s'allongea, elle referma la porte et alla sans un bruit s'installer sur une chaise dans un coin de la pièce.

_ Me dit pas que tu vas me regarder dormir ? Demanda le jeune homme sans bouger de sa position. Je peux sentir la présence des gens c'est pour ça que j'ai dit : personne ne rentre.

La jeune fille partie avec précipitation en s'excusant mille fois ce qui fit rire le nouveau prince tandis qu'il s'endormait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie est un voyage. [EN COURS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie est un voyage. [EN COURS]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fictions libres :: Les fictions :: Tout public-
Sauter vers: